G-Coaching

Coaching Multiculturel - Accompagnement personnel et professionnel - Français / Espagnol ... Vous avez besoin d'aide ? Rencontrons-nous... Marseille, Bouches du Rhône, Aix-en-Provence, 13.

10/20/2015 10:07 AM
Accompagnement au changement
Changer : modifier, rendre différent, devenir autre, faire autrement, remplacer, convertir, transformer...

Changement : le changement désigne le passage d'un état à un autre. L'on parlera, selon la nature, la durée et l'intensité de ce passage, d'évolution, de révolution, de transformation, de métamorphose, de modification, de mutation... Il s'exerce dans des domaines très divers et à des niveaux très divers...

Accompagnement : se dit pour une personne qui en aide une autre dans diverses situations de vie.

 Accompagnement au changement à Marseille 13
 Accompagnement au changement à Marseille 13
Je veux ou je désire changer ?
Qu’est-ce-que je veux ou désire changer ?
Ce changement, va t’il générer quelque chose en moi ?
RÔLE DU #COACH - RÔLE DU COACHING

Vous accompagner tout au long du processus de changement, 
de la situation actuelle à la situation désirée.

Travailler avec vous sur l’élaboration, l’action et l’impact du processus de changement ainsi que les états émotionnels pendant le processus de changement et de transformation...
Accompagnement au changement...>>


10/01/2015 03:51 PM
Expatriation : les femmes mettent souvent leur carrière en suspens
Expatriation : dans 90% des cas, ce sont les femmes qui prennent le risque de mettre leur propre carrière en suspens.
Les maris, eux, seraient rarement prêts à faire des sacrifices pour suivre leur chère et tendre, selon une étude réalisée par Expat Communication.

Tout plaquer pour partir avec l'autre ? 
Tous les couples caressent un jour ce désir d'aventures. Mais, dans les faits, ce sont en grande majorité les femmes qui prennent le risque de mettre leur carrière en suspens pour accompagner leur homme. Quitte à s'en mordre parfois les doigts. Car le chômage est souvent au au rendez-vous si l'on en croit l'étude menée récemment par Expat Communication auprès de 3 000 expatriés français, notamment via le réseau Femmexpat.
 Coaching expatriation Marseille 13
 Coaching expatriation Marseille 13

Aujourd'hui 91% des conjoints d'expatriés sont des femmes.
Cette proportion correspond bien sûr aux traditions de l'expatriation : c'est généralement aux hommes que l'on propose de partir pour des raisons professionnelles. Les femmes ne représentent, elles, que 14% des professionnels envoyés à l'étranger. Parmi cette maigre proportion de femmes, qui accordent en général beaucoup d'importance à leur carrière, le célibat est particulièrement fréquent. Il concerne un tiers d'entre elles. Et pour celles qui sont en couple, un célibat géographique s'installe souvent : « Car les conjoints suivent moins souvent... Ils ont peur de ne pas trouver de travail là-bas. », explique Alix Carnot directrice des carrières internationales chez Expat Co
mmunication.

La difficulté de trouver un emploi...
Un emploi au rabais qui dévalorise...
L'expatriation néfaste pour la carrière du conjoint...

Lire la suite de l'article sur le site de Madame Figaro...>>
Racontez votre expatriation en envoyant votre témoignage à lquillet@lefigaro.fr et Jfeutry@lefigaro.fr

Coaching personnel 13...>>
Coaching professionnel Marseille...>>

08/16/2015 07:47 PM
Retour d'expariation difficile pour les français
Dans un document remis à Manuel Valls, la sénatrice Hélène Conway-Mouret pointe du doigt les difficultés du retour en France après avoir vécu à l'étranger et propose de simplifier les démarches.
Ils seraient entre 2,1 et 2,5 millions. Le nombre de Français à l’étranger augmente chaque année. On parle souvent de ces Français qui partent – la fameuse « fuite des cerveaux ».

 Retour pays d'origine
 Retour pays d'origine
On aborde beaucoup plus rarement ceux qui rentrent en France.
En 2014, 220 000 Français sont revenus. Dans leurs valises, des expériences et des souvenirs. Mais aussi beaucoup d’ennuis causés par la lenteur et la lourdeur de l’administration française. Beaucoup imaginent que le retour est facile, car il se fait dans son pays. C’est faux. Certains ont quitté la France depuis plusieurs années et ne sont plus au fait de notre administration.

SIX À DIX MOIS POUR ÊTRE EN RÈGLE
Comment trouver un logement sans justifier de ses trois bulletins de salaires et sans quittance de loyer ? Comment joindre la CAF alors que son numéro ne fonctionne pas de l’étranger, trouver en emploi ou inscrire son enfant dans un établissement scolaire sans justifier d’une adresse en France ? Le retour peut vite devenir un parcours semé d’embûches.

Des coachs et des associations existent pour vous aider à vous installer à l’étranger et pour votre retour...

Coaching expatriés impatriés...>>

Ces problèmes sont compilés dans le rapport de la sénatrice. Pendant six mois, 7 000 témoignages ont été recueillis via un questionnaire en ligne. Une trentaine de personnes ont été interrogées en entretien.
« Les gens se sont lâchés, souffle la sénatrice, ils ont tous pointé le même imbroglio et le casse-tête de l’administration : une absence d’interlocuteur unique, des documents demandés plusieurs fois ou des documents étrangers déclarés irrecevables. »
Il faut compter entre six et dix mois pour être définitivement en règle avec toutes les administrations. Un vrai combat qui aurait des effets néfastes, selon l’auteur du rapport :
« Les expatriés se sentent étrangers, hors du cadre, indésirés. Et beaucoup repartent. »

Parmi les mesures fortes proposées : la mise en place d’un service en ligne individualisé sur le retour en France pour pallier l’absence d’un interlocuteur unique et harmoniser les démarches administratives ; mieux informer les conseillers de Pôle Emploi des problématiques de réinsertion professionnelle des expatriés ; permettre plus facilement les démarches depuis l’étranger ; développer les échanges de données entre les administrations pour éviter de reproduire les mêmes formalités auprès de plusieurs administrations différentes.

Et pour «mettre en œuvre l’ensemble de ces préconisations», Hélène Conway-Mouret va demander «la nomination d’un coordinateur interministériel». Autant de solutions accueillies favorablement par les associations mais qui n’englobent pas toutes les problématiques du retour, selon Anne-Laure Fréant : «L’administratif est un problème "gérable" par les pouvoirs publics, mais la réinsertion professionnelle et les problématiques psychologiques et familiales comme le décalage ressenti ou les difficultés des enfants biculturels à s’adapter sont plus durables et bien plus difficiles à résoudre.»
Source www.liberation.fr

Coaching retour pays d'origine...>>

07/20/2015 06:21 PM
Expatriation, les français bougent
Chaque année, entre 60000 et 80000 personnes quittent la France pour s'installer à l'étranger, guidées par l'envie de booster leur carrière, d'élargir leurs horizons ou, tout simplement, d'inventer leur bonheur ailleurs. Une prise de risque pas toujours facile à faire accepter...

Un coup d'oeil sur le forum d'Expat United, réseau social (gratuit) destiné aux expatriés, suffit à mesurer l'ampleur du phénomène : quels que soient leur âge, leur milieu social, leur situation professionnelle et personnelle, nos compatriotes fourmillent d'envie de larguer les amarres.

En dix ans, le nombre de Français installés à l'étranger a augmenté de 35% (soit 60000 à 80000 émigrants supplémentaires par an) ; au 31 décembre 2013, 1,642 million de personnes étaient inscrites au Registre mondial des Français établis hors de France. Et encore, "C'est la moitié de la réalité !", estime Hélène Charveriat, déléguée générale de l'Union des Français de l'étranger, qui, avec les non-inscrits, chiffre même cette population à trois millions.
 Coaching professionnel Marseille
Coaching professionnel Marseille
"Trouver un endroit où se faire une place"
Avant d'être un enjeu politique, l'expatriation est d'abord une aventure personnelle aux desseins mêlés, et aux ressorts intimes. Certes, il y a du pragmatisme dans ce désir-là, notamment chez les jeunes diplômés, qui voient dans le départ une bonne façon d'ouvrir le champ des possibles : un poste plus intéressant, une progression de carrière plus rapide, un salaire parfois plus élevé, un emploi tout simplement, à l'heure où la crise paralyse l'embauche en France. Selon le baromètre 2014 de l'humeur des jeunes diplômés, réalisé par le cabinet Deloitte, plus d'un sur quatre voit son avenir professionnel à l'étranger...
Acquérir de l'expérience et des responsabilités, mettre de l'argent de côté et rentrer dans cinq ou dix ans... "Depuis leurs études, les jeunes vivent sans frontières", confirme Fabrice Mazoir, chef de projet éditorial de jobtrotter.com, un site dédié à la mobilité professionnelle à l'international. "Ils vont là où il y a du travail, et l'étranger est toujours un atout dans un CV. La motivation première, c'est trouver un endroit où se faire une place."
Même s'il faut parfois, pour cela, affronter le scepticisme ou les jalousies. Et savoir résister aux sirènes de l'immobilisme.

Comme un pari sur l'inconnu
Quitter sa zone de confort, parier sur l'inconnu pour embellir sa destinée : l'idée ne séduit pas seulement les moins de 30 ans aux attaches encore lâches. Les cadres aussi y songent fortement ­selon une récente étude du cabinet Boston Consulting Group, 94% d'entre eux se disent prêts à aller travailler à l'étranger (ou ont déjà sauté le pas). Et puis, "on oublie souvent de le dire, mais les familles aussi partent, guidées par le besoin de s'épanouir, de construire quelque chose qui leur ressemble", rappelle Hélène Charveriat.

C'est vrai qu'au départ, prendre autant de risques avec des enfants passait pour de la folie ! Mais nous sommes fiers de leur avoir montré qu'il ne faut pas hésiter à aller chercher son bonheur là où il se trouve. Même s'il faut parfois s'acharner..."Et accepter de laisser une partie de sa vie derrière soi, quitte à faire preuve d'un peu d'"égoïsme", observe la psychanalyste et coach Luce Janin-Devillars, auteur de Changer sa vie. Il n'est jamais trop tard (Michel Lafon). "Une telle décision suppose de prendre la mesure de ce qu'on va gagner et perdre, surtout qu'on laisse souvent de la famille en France... Partir exige d'être suffisamment sensible pour s'adapter au changement mais aussi apte à supporter la frustration et la critique."
"Désormais, chez moi, c'est ici"
Car, entre difficultés financières, choc culturel et éloignement familial, tout n'est pas forcément rose là où l'herbe est plus verte. "En France, les gens pensent que la vie d'expat' est incroyable, fait remarquer Anne Sellès, qui a passé un an autour du monde à interroger nos compatriotes émigrés. Mais il n'y a pas que des success stories comme on voit dans les médias ! Il y a aussi des Français normaux, qui ont une existence banale mais différente. Sans compter que les raisons qui poussent à partir peuvent dépasser l'entendement..."

Français de l'étranger : où sont-ils? Que font-ils?
Près de 51% d'entre eux résident en Europe (UE ou non).L'Amérique du Nord représente la deuxième destination des expatriés (13%).
Leurs secteurs d'emploi de predilection sont les services (commerce, tourisme, restauration...) pour 27% d'entre eux, l'education (14%), l'industrie (13%), l'administration (9%), les organisations internationales (8%) et les activites financieres (7%).
57% d'entre eux gagnent plus de 30000 euros nets par an (en 2012, le salaire médian français était de 20720 euros). 2 expatriés sur 10 sont des créateurs d'entreprise (contre 1 sur 10, il y a dix ans).financières (7%).

Source: "L'expatriation des Français, quelle réalité?", enquête réalisée, en mars 2014, par la Chambre de commerce et d'industrie de Paris-Ile-de-France.


Coaching expatriation Bouches du rhone...>>
Coaching retour pays d'origine...>>




07/01/2015 06:08 PM
Agir en coach, un livre passionnant
 Coaching professionnel
 Coaching professionnel

Reparution du livre "Agir en Coach - les bonnes pratiques du coaching professionnel" co-écrit par neuf coachs membres de la FFC Pro.

Cette nouvelle édition comporte de nombreuses mises à jour et compléments, même si l'esprit et le contenu global restent similaires. Paru initialement en 2007, l'ouvrage en était déjà à son deuxième tirage dès 2008.

Ce livre, pensé et soutenu par la Fédération, se veut à la fois théorique et pratique. Il a pour objectif d'expliquer simplement ce qu'est le métier de coach professionnel, et ouvre ainsi un chemin vers la professionnalisation du métier de coach.

Il donne la parole à des coachs qui pratiquent le métier dont ils parlent, pour permettre aux décideurs, aux prescripteurs, aux utilisateurs de coaching ainsi qu'aux coachs futurs professionnels de trouver des réponses à leurs principales questions sur le sujet, apportées par des professionnels du métier.



"Agir en Coach - les bonnes pratiques du coaching professionnel"
Edité chez ESF, collection Formation permanente.

Coaching professionnel Marseille...>>
Coach personnel Marseille 13...>>

06/12/2015 02:26 PM
Expatriation : madame travaille, monsieur suit...
Si le phénomène reste encore marginal, l’homme qui suit sa femme en expatriation est un cas de moins en moins isolé. Comment vivent-ils leur rôle d’homme au foyer à l’autre bout du monde ? Réussissent-ils à trouver leur équilibre ?

Ces "conjoints suiveurs" masculins sont-ils nombreux ?

Difficile à dire car on manque d’études précises sur le sujet, mais leur proportion ne dépasserait pas les 10 %. Ce que l’on sait, en revanche, c’est que les expatriés nous affirment en voir de plus en plus. Une tendance qui s’explique par le rajeunissement de la population des expatriés français, mais aussi par la précarité de l’emploi en France : dans un couple, lorsque l’un des deux a une opportunité à l’étranger, homme ou femme, on n’hésite pas longtemps !

 Coaching expatriés impatriés
 Coaching expatriés impatriés

Quelle est la situation professionnelle de ces couples ?

Le seul élément dont on dispose est une enquête de la MFE (Maison des Français de l’étranger) de 2013 qui affirme que les conjoints suiveurs hommes travaillent pour 75 % d’entre eux, contre seulement 53 % des femmes dans la même situation. L’explication est en partie financière car la disparité de revenus entre hommes et femmes est aussi une réalité à l’étranger : 60 % des femmes expatriées ont un revenu inférieur à 30 000 € par an, alors que 67 % des hommes dans la même situation gagnent plus de 30 000 € par an.

Existe-t-il un profil type du conjoint "suiveur" masculin ?
D’après les professionnels qui font de l'accompagnement au changement auprès des conjoints dans cette situation, les deux cas que l’on rencontre le plus souvent sont le couple d’une quarantaine d’années, déjà installé avec des enfants, dont la femme a décroché un poste intéressant à l’étranger, et le jeune couple de 25-30 ans qui tente l’aventure de l’international sans avoir de poste fixe.

Quelle est la différence ?
L’âge et la situation de famille ont un impact sur la manière dont est vécue la situation du conjoint suiveur homme. D’expérience, la situation est plus difficile à assumer pour la tranche d’âge supérieure. L’homme part avec l’idée de trouver un job sur place, ce qui s’avère parfois bien plus compliqué que prévu. Le fait d’avoir des enfants et d’évoluer dans des cercles d’expatriés plus classiques, pour ne pas dire traditionnalistes dans certains pays, avec des rôles bien normés, ne facilite pas les choses.

Que peut-on conseiller à ces conjoints suiveurs qui vivent mal leur situation ?
De devenir moteurs plutôt que suiveurs ! Profiter de ce moment pour bâtir un nouveau projet, qu’il soit professionnel ou personnel. Certains reprennent une formation via internet, ce que le e-learning et les MOOC, ces formations en ligne ouvertes à tous, ont rendu possible. D’autres se mettent à leur compte et créent une entreprise « sac à dos »,  c’est à dire100 % web et transposable partout. Pour ce projet, on peut se faire accompagner par un coach ou prospecter soi-même...
Source franceinfo.fr


Coach professionnel Marseille Aix-en-provence...>>
Coach personnel Marseille Aix-en-provence...>>

05/22/2015 01:24 PM
Accepter de bien vieillir
Accepter de bien vieillir et devenir un senior

Michele Freud* dirige un cabinet de Sophrologie dans le sud est. Voici un article très interressant, disponible sur son blog, qui nous propose une reflexion autour des #seniors , de la #retraite, et de l'importance qu'il y a à apprécier et profiter de cette tranche de vie qu'est l'âge d'or...

"S’il est vrai que la vieillesse peut se révéler être une période féconde et intense de la vie, il nous faut reconnaître, dans une société où le jeunisme fait loi, qu’il n’est pas bon de se sentir vieillir. Dès la cinquantaine on sent planer le spectre de la retraite et de la mise au rancart de la société. On commence à songer avec inquiétude à la façon de négocier cette nouvelle tranche de vie où nos choix seront plus restreints, notre vie amoureuse moins passionnante et notre santé plus précaire.

Nous vieillirons tous, c’est une réalité incontournable, que nous le voulions ou non.
Chaque jour qui passe nous rapproche de cette tranche de vie que l’on appelle « l’âge d’or ». Certains l’acceptent et semblent vieillir en beauté, alors que d’autres se réfugient dans la plainte, la rancoeur ou la colère contre tout un système dont ils se sentent de plus en plus rejetés.

Le temps de la retraite
Selon les sociologues, il s’agit d’un cap complexe à passer, bien que la plupart des seniors soient ravis à l’idée de profiter pleinement de leur liberté nouvelle. Certains ont pu s’y préparer et amorcer cette rupture avec douceur, d’autres la perçoivent sur le mode d’une perte cruelle.
Même vécue progressivement, c’est une étape délicate, le déséquilibre, l’angoisse et un certain vide sont susceptibles de s’installer, avec quelquefois une tonalité dépressive. Passage presque obligé qui permet au deuil de s’élaborer, car il s’agit bien là d’un deuil à vivre. Aucun processus autre que le vieillissement ne sollicite autant la capacité à devoir composer avec nos pertes et nos deuils. Il nous faut pourtant accepter cette étape et savoir que la maturité est aussi porteuse de sagesse et de dignité.

 Accompagnement au changement Marseille Aix-en-provence
 Accompagnement au changement Marseille Aix-en-provence

Repenser sa vie, en solo ou en couple
C’est aussi le temps où l’on doit s’adapter dans cette nouvelle tranche de vie, que l’on soit seul ou en couple.

En couple, il s’agit parfois d’une aventure héroïque qui relève même de l’exploit car il faut apprendre à co-habiter à deux sur un mode différent puisque l’on se retrouve en permanence ensemble, trouver les moyens de respirer pour éviter l’inéluctable érosion.

« Depuis que mon mari a pris sa retraite, je suis complètement déstabilisée, il est là, sur mon dos, je ne me rendais pas compte avant de la vie indépendante que j’avais. Tout à coup, je me sens étouffée par sa présence permanente. »
Il faut s’adapter, être prêt aux compromis. La femme voit son domaine soudain investi par son mari. Lui, perdant son identité sociale, de plus en plus émasculé dans sa vie conjugale, a besoin de se retrouver, ne sait où se réfugier et finit par se sentir en trop ; les conflits éclatent pour des petits riens et l’ambiance devient vite délétère. Il se met à regretter ce passé où, dans sa profession, il se sentait au moins reconnu dans sa fonction, alors il se replie dans son monde en tentant de trouver son nouvel espace de vie.

« Mon mari s’est aménagé une pièce où il passe ses journées à pianoter devant son ordinateur, il est connecté en permanence sur Internet et communique avec le monde entier, sauf avec moi. Je ne le vois qu’à l’heure des repas, ce n’est pas ainsi que j’envisageais la retraite, il ne bouge même plus de sa chaise ! » se plaint Ariane.
C’est le temps des bilans, mais aussi des crises, on se cherche, on n’arrive plus à se retrouver et on se demande même s’il ne faut pas se quitter ou consulter un spécialiste car le sexe ne marche plus. Conserver une vie sexuelle active n’est pas forcément évident malgré la pression sociale vantant l’immortalité du désir. Les troubles sexuels liés à l’âge sont légion, il faut l’admettre. Pourtant, certains couples enfin disponibles l’un pour l’autre, découvrent le plaisir d’une nouvelle sexualité dans un système d’échange différent et vivent cette étape dans un plein épanouissement.

Selon les sondages, dans la majorité des couples qui prennent de l’âge, la sexualité n’occupe pas une place dominante. Il y a dans ce domaine, des attentes inégales, pour certains, elle est essentielle, pour d’autres totalement accessoire. Bien qu’elle perdure après l’âge de la retraite, elle se modifie dans une continuité dynamique, le plaisir du couple se mue en un désir de partager, d’être ensemble, dans une tendresse et une complicité réciproques, pas forcément au travers d’un rapport sexuel.

Seul, on doit faire face à la solitude avec beaucoup de temps pour soi, quelquefois, le trop de solitude est là, présent, pesant et douloureux !
C’est souvent l’heure des bilans et des interrogations : Avons-nous fait le bon choix en restant seul ? Faut-il continuer à cheminer en solo sur cette route encore longue ? Autant de questions auxquelles on ne trouve pas forcément de réponse.

Hommes-femmes sous l’influence hormonale
L’homme est soumis, tout comme la femme, , à des variations hormonales complexes qui influencent sa sexualité et son humeur. Il peut être concerné par l’andropause qui ne touche pas forcément tous les hommes et n’a pas, contrairement à la ménopause, d’incidence sur la fertilité qui peut persister même à un âge avancé. Elle se manifeste par une diminution lente et progressive des capacités sexuelles. A cette période de vie, les érections ainsi que le désir sexuel diminuent, la production de testostérone, hormone masculine s’affaiblit, la peur de la panne est alors présente.
La femme, tout en revendiquant son droit au plaisir est confrontée aux désagréments de la ménopause : bouffées de chaleur, migraine, sécheresse vaginale.
L’âge de la ménopause est une période de haute vulnérabilité sur le plan psychologique. Outre les différents désagréments énoncés précédemment, la femme doit assumer un certain nombre de deuils
dans une société pratiquant l’apartheid anti-vieux, où l’âge s’avère un handicap à bien des endroits.
Piégées par leurs corps qui n’attirent plus les regards, les femmes sont pour la plupart terrifiées à l’idée de vieillir. Celles qui ont existé à travers l’apparence, dans un dernier sursaut souvent pathétique, se laissent happer par la tyrannie du lisse. Traitement aux hormones, aux vitamines,
chirurgie esthétique, crème à modeler, à lifter, à sculpter, à mincir, tout est au menu du jour pour atténuer des ans « l’irréparable outrage ».

Crainte phobique de vieillir, départ des enfants, décès des proches, souvent de ses parents, maladie, perte de son intégrité physique voir psychique sont autant d’épreuves à traverser durant cette période. Faire le deuil des pertes inhérentes à cette tranche de vie serait plus facile à concevoir si la sagesse, l’expérience et la créativité féminines étaient davantage glorifiées dans notre société actuelle.

En Asie, la femme vieillissante est particulièrement vénérée car elle symbolise l’expérience, la connaissance de soi, le partage, et la transmission des traditions, aussi les cas de dépression dus à la ménopause sont-ils quasiment inexistants.
A quand un rite officiel visant à célébrer le passage de cette rive à l’autre ? Il est prouvé que les personnes qui adoptent une attitude positive face à cette étape de développement, la traversent de façon plus sereine avec une motivation accrue pour toutes les choses de la vie.

L’épanouissement peut être atteint par divers moyens, certains en couple ou seuls, trouvent leur bonheur en s’impliquant davantage dans leur vie familiale, en cultivant l’art d’être un aïeul aimant, en s’investissant dans des projets créatifs, en se découvrant de nouveaux passe-temps. Tous ces centres
d’intérêts nourrissent l’intériorité psychique et écartent les risques d’effondrement de soi liés à la
contrainte de l’âge.

Souvent, on vieillit, comme on a vécu : dans la tristesse ou la joie, dans la solitude ou l’action, dans la critique ou l’acceptation. Vieillir, c’est accepter de vivre chaque moment dans la simplicité, c’est aussi sublimer son quotidien avec la capacité de se remémorer ses multiples expériences positives et se souvenir combien la vie nous a donné et que même si ces choses ne sont plus, nous en avons bien profité."
*Michèle Freud est psychothérapeute et auteur de plusieurs ouvrages. Elle dirige également la
formation de sophrologues à St Raphaël dans le Var où sont animés également de nombreux
séminaires à thème, Voir les nouveaux programmes 2005-2006 sur son site 

Coaching accompagnement au changement...>>
Coaching familial Marseille (13)...>>
Coaching personnel Marseille (13)...>>



05/17/2015 12:08 PM
Mère de famille, un vrai métier
Changer de métier, « de salarié à #FemmeAuFoyer... une aventure si peu valorisée !
Le coaching peut être VOTRE solution pour accepter cette position et bien la mener ou se préparer à une nouvelle situation ! Avec le #CoachingPersonnel arrêtez de culpabiliser...
Sur le blog mamanstestent.com, Hélène raconte...

"Quelle est votre profession ?
 Coaching familial
Coaching Familial Marseilleb (13)
L’autre jour, j’avais rendez-vous chez Monsieur le Banquier de la Poste pour ouvrir un livret A à ma petite dernière, tradition oblige. Mais comme j’ai déménagé, il y a peu, Monsieur le Banquier n’a pas de dossier sur moi ni sur aucune personne de ma famille. Il m’explique alors bien gentiment qu’il n’a pas le choix, qu’il va devoir me poser tout un tas de questions pour constituer un dossier parce que, s’il ne le fait pas et qu’il est contrôlé, il sera sanctionné.

De bonne humeur et de bonne composition, je me prête au jeu, pas le choix de toute manière. Il a déjà mon nom, mon prénom et ma date de naissance vu que j’ai un livret. Et là, vient LA question fatidique : quelle est votre activité professionnelle ? Ça ne se voit pas, non ? Avec nain n°2 et ses petites voitures, et naine n°3 qui bavouille sur son jeu qui fait pouêt-pouêt ?

 Coaching Personnel 13
 Coaching Personnel 13

Je réponds donc très sincèrement :
 « Maman ». Mais « Maman », ce n’est pas une activité professionnelle, alors Monsieur le Banquier inscrit « Femme au foyer ». Je reviendrai plus tard sur cette expression qui m’horripile. Le questionnaire continue et vient la délicate question des revenus. Pour mon mari, c’est très clair, un CDI donc un salaire fixe tous les mois. Mais pour moi, c’est plus compliqué..."

 "... Je me repose la question « Maman, c’est vraiment un chouette métier, non ? »..."

"...Et quand je discute avec toutes les mamans « mères au foyer » à l’école, toutes souffrent de ce manque de reconnaissance finalement. On a souvent l’impression que :
soit on n’a pas été capable de faire des études et donc on ne peut rien faire d’autre de notre vie
soit on a fait des études et alors dans ce cas, on gâche notre vie à s’occuper de nos enfants (hein ma chère maman, à fond MLF, les femmes doivent pouvoir s’assumer sans les hommes?!?)
Et l’autre point, c’est qu’il est souvent difficile de faire comprendre que l’on a aussi besoin de souffler par moment. Et qu’on aimerait bien faire garder un peu nos chers bambins, histoire de ne pas s’oublier.

Alors il faudrait que je réussisse à dire aux gens, quand ils me demandent ce que je fais dans la vie, puisque c’est si important que ça, que je suis : « Responsable logistique dans une usine de production en flux tendu. Je hiérarchise des lessives, des courses, des allers et retours à l’école. Je produis des repas et des vêtements propres en permanence pour satisfaire mes trois clients : Naine n°1, 4 ans, Nain n°2, 2,5 ans et Naine n°3 6 mois et demi. » Respect ! Il y a d’autres possibilités : chef d’entreprise (surtout si on a une famille nombreuse), cuisinière en collectivité, infirmière, …

Et il faudrait aussi qu’on redonne un peu de galon à ces mamans qui choisissent de rester à la maison garder leurs enfants, pour profiter d’eux avant qu’ils ne grandissent. Mais aussi parfois parce qu’elles n’ont pas le choix parce qu’il est trop difficile de plein de point de vue de concilier travail, horaires de travail pourris, salaires, garde d’enfant…

Bref, je compte bientôt pouvoir répondre que j’ai ma propre entreprise et que je suis mompreneuse. J’ai pour projet de monter mon entreprise à domicile pour essayer de concilier au..."

Cet article est publié sur mamanstestent.com/ et vous pouvez le lire dans son intégralité ici...>>


Coaching certifié personnel et vie de famille à Marseille...>>

Coaching professionnel à Marseille...>>





04/06/2015 07:01 PM
Coaching professionnel, la souffrance au travail

 Coaching vie professionnelle
 Coaching vie professionnelle
La souffrance au travail et ses conséquences physiques et psychologiques sur les employés et les gestionnaires, ainsi que sur leur motivation et la productivité, constituent un enjeu social important qui a suscité l’intérêt des
chercheurs, des professionnels et
des médias au cours des dernières décennies.

 Coaching professionnel Aix-en-provence
 Coaching professionnel Aix-en-provence




Cet article tente de contribuer à cette discussion en mettant en lumière les conflits de valeurs que vivent régulièrement les gestionnaires et employés dans leur travail, et la souffrance que ces conflits peuvent générer.


Le recours à l’éthique appliquée, dans une perspective tant individuelle qu’organisationnelle, est présenté comme une façon d’atténuer cette forme de souffrance au travail.

Cet article est publié sur ethiquepublique.revues.org
et vous pouvez lire la suite ici...>>

03/25/2015 04:21 PM
Salon S'EXPATRIER MODE D'EMPLOI
Profitez d'un salon qui vous permet de bien préparer votre expatriation le 27/03/2015 à la cité Universitaire de Paris. 

 Coaching multiculturel
Coaching multiculturel




Sous le haut patronage du Secrétaire d’Etat chargé du commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des Français de l’étranger, la Journée "S’expatrier, mode d’emploi" est un salon qui réunit les acteurs institutionnels majeurs de l'expatriation et de la mobilité internationale.









 Coaching expatriation
 Coaching expatriation



Pour réussir son #expatriation, la préparation au départ est primordiale ! 


D’où l’importance de ce salon, au cours duquel vous pouvez vous renseigner sur toutes les démarches à réaliser avant de partir (impôts, retraite, démarches juridiques, protection sociale, l’assurance chômage, emploi, etc.)...











Le salon "S'expatrier Mode d'Emploi"...>>
Voir le programme...>>
Coaching expatriation Impatriation...>>



03/25/2015 01:40 PM
Le mal du retour des expatriés ?
A la veille du Salon « S’expatrier : mode d’emploi » à la Cité Universitaire de Paris le 27 mars prochain, #LesÉchos se penchent sur une problèmatique pour l'entreprise, concernant les difficultés du retour des expatriés...

"47% des expatriés quittent l’entreprise dans les deux ans suivant leur retour. Mal anticipés ces départs sont pénalisants pour les DRH rappelle Caroline Degrave, consultante RH, à la veille du Salon « S’expatrier : mode d’emploi » à la Cité Universitaire de Paris.
Le retour des expatriés est une question sous-traitée par l’entreprise . Très bien gérée sur le plan technique (salaire, assurance, logement, déménagement, scolarité etc.), l’entreprise néglige l’aspect managérial de l’expatriation :

 Coaching accompagnement au changement
 Coaching accompagnement au changement
« De profonds changements s’opèrent pourtant sur les profils avec l’acquisition de nouvelles compétences et d’autres motivations », souligne Caroline Degrave.

Or les DRH anticipent peu leur retour car durant quelques années ces salariés sont sortis de leur radar. Facteur aggravant, pendant ce même laps de temps, l’entreprise change (encadrement, hiérarchie, localisation, activités etc.) et les projections faites avant son départ n’ont plus cours, d’autant que les réseaux internes du collaborateur
sont devenus obsolètes, inaptes à le renseigner.

De fait, les expatriés ne sont pas prioritaires sur les postes ouverts. Seuls 19% des expatriés originaires d’Europe de l’Ouest ont été accompagnés dans la démarche de réadaptation. Plus dommageable, 47% des salariés expatriés quittent leur entreprise au bout de deux ans, souvent sur proposition de la DRH....
L’entreprise a pourtant tout à gagner à mieux à retenir ces talents : « Ces personnes reviennent fortes de nouvelles compétences (encadrement d’équipes multiculturelles, connaissance d’un nouveau marché, développement d’un réseau etc. ) qui sont autant d’opportunités de développement dans leur domaine », souligne Caroline Degrave.

Reste que ces expatriés, qui représentent moins de 1 % des effectifs monde des grandes entreprises, ne pèsent pas lourd auprès des DRH.
Résultat : les entreprises ne développent pas de process en la matière. Toutes, y compris les plus grandes, font du sur-mesure, a fortiori lorsque le retour est accéléré par des raisons géopolitiques ou encore climatiques.
 Retour pays d'origine
 Retour pays d'origine
Ce qui explique peut-être le moindre 
entrain des salariés à rentrer au pays
selon un récent baromètre Humanis, 68 % d’entre eux 
n’envisagent pas leur retour en France ....
Une seule catégorie toutefois échappe aux affres du retour : 
les hauts potentiels, car leur retour au siège est programmé et attendu  de longue date.




Principales difficultés


Source business.lesechos.fr


Tout savoir sur le Salon S’expatrier : mode d’emploi...>>
Coaching expatriation Impatriation...>>

03/16/2015 05:55 PM
Les enjeux de l'Expatriation
"La diversité de chacun fait la richesse de tous ". Julos Beaucarne

Les enjeux d'une expatriation
Un changement de pays, ne peut pas se prendre à la légère. Une expatriation, par choix personnel ou professionnel, entraîne une série de défis et de changements : environnement, coutumes, culture, mentalités et modes de vie différents. Ces changements engagent la personne expatriée mais aussi le couple, la famille. Un manque de soutien peut avoir des conséquences sérieuses sur la vie professionnelle, conjugale ou familiale ainsi qu'une perte de temps, d'énergie, d'argent…

 Coaching expatriés et impatriés
 Coaching expatriés et impatriés
Tous ces bouleversements peuvent mettre en péril votre équilibre personnel et fragiliser votre capacité d'ouverture à la différence culturelle. L'expatriation est un changement majeur qui se prépare.

En tant que professionnel expatrié, vous êtes confronté à des défis en termes d'intégration culturelle, changement d'horizon professionnel, prise de poste, équipe multiculturelle et gestion de votre famille.

En tant que conjoint d'expatrié(e), vous devez affrontez des difficultés et des frustrations telles que la mise en parenthèse de votre carrière, l’intégration dans le nouvel environnement, le mal du pays, la recherche d'un nouveau travail, la difficulté à vous adapter à des nouvelles conditions de vie, le sentiment de solitude et la déprime, la déstabilisation dans l'équilibre familial.

En tant qu'enfant d'expatrié, vous ressentez un  sentiment d'injustice ("Je ne voulais pas laisser mon pays, je n'ai pas eu le choix "), et de solitude (perte d'amis), ainsi qu'une incompréhension du nouveau système scolaire et social, qui engendre une perte de repères, un manque de confiance de soi.

Pour résoudre au mieux toutes ces difficultés, je vous propose de vous accompagner sur le plan professionnel, personnel et/ou familial, dans :

- La recherche des ressources personnelles et professionnelles inexploitées, indispensables à une bonne intégration, efficacité dans votre nouvel environnement et/ou entreprise basée à l'étranger.
- La recherche des "clefs" permettant de trouver une complémentarité dans les différences culturelles.
- L'exploitation de vos talents, compétences, expériences, valeurs, points forts : ce sont des ressources essentielles pour l'atteinte de vos objectifs.
- La recherche de la synergie et cohérence entre votre propre identité et celle de l'étranger


Coaching expatriation...>>

Coach personnel et professionnel...>>

02/02/2015 03:57 PM
Coaching vie professionnelle
« La distance entre vous et vos rêves s'appellent l'action… »
Un coaching pour quoi ?
Un coaching pour qui ?

Vous avez un projet ou un objectif professionnel ?
Vous voulez entreprendre un projet, mais vous ne savez pas par où commencer ?
Vous recherchez la performance et la durabilité dans ce que vous entreprenez ?
Vous ne voulez plus de conseils et recherchez votre propre plan d'action, un plan qui vous convienne et où vous vous sentez à l'aise ?
Vous voulez atteindre un objectif avec plaisir et énergie ?
 Coaching vie professionnelle 78Vous êtes à la recherche d'un emploi ?
Vous souhaitez une reconversion professionnelle ?
Vous recherchez équilibre et performance dans votre nouveau poste ?
Vous voulez réussir votre prise de fonction ?
Vous cherchez la collaboration dans votre équipe de travail ?

Je vous propose de vous aider à booster vos objectifs et projets, de la prise de conscience de votre potentiel à l'accompagnement vers une stratégie adaptée, soutenue par des outils et méthodes reconnues, dans une véritable relation d'échange et de complicité.

Coaching professionnel 78...>>

01/22/2015 06:49 PM
Expatriation : un apéro Mardi Expat à Paris
Vous avez vécu dans un pays étranger ? Vous allez bientôt vous expatrier ?
Ou bien vous êtes tout simplement à la recherche d’informations sur l'expatriation ? 

#Lepetitjournal.com vous convie


Mardi 3 février, à son premier Mardi Expat
une rencontre mensuelle et informelle entre expatriés.   

 Coaching expatriés impatriés

Le concept est celui des célèbres et branchés afterworks. Sous la houlette de l’équipe du site lepetitjournal.com, vous êtes invités à vous retrouver autour d’un verre et à partager vos récits et expériences d’expatriation, en toute décontraction. 
Que vous soyez de retour, sur le départ ou simplement à la recherche d’informations, Mardi Expat sera l’occasion pour vous de vous renseigner sur un pays ou de partager vos impressions sur la vie à l'étranger.

L'expatriation est souvent une expérience très riche, qui peut changer notre regard sur la France. Une aventure que paradoxalement, il peut-être difficile de partager. De plus, se rencontrer entre anciens et/ou futurs expatriés n’est parfois pas une mince affaire. 

Ce rendez-vous mensuel se déroulera chaque premier mardi du mois au Delaville Café dans le Xème arrondissement de Paris. L’inscription, d’un montant de 10€, se fera sur la page Facebook de l’événement et vous donnera droit à un verre offert. Les personnes expatriées seront munies de badges permettant d'identifier rapidement les destinations des uns et des autres. Celles n'ayant encore jamais vécu le départ auront également un badge permettant d'identifier leur situation et donc leur besoin d'informations. Un tirage sort verra également l'un des participants se faire offrir une nuit pour deux personnes avec petits déjeuners à l'hôtel Saint-Paul Rive Gauche, situé dans le 6ème arrondissement. 

Venez et faites signe à vos amis. Nous vous attendons nombreux ! 

Infos pratiques
Mardi 3 février 2015, à partir de 19h
Delaville Café - 34 boulevard Bonne Nouvelle (métro Bonne Nouvelle) - 75010 Paris
Entrée 10€ avec un verre offert
Happy Hour de 19h à 22h 


Inscription sur le Facebook de l'évènement...>>
En savoir plus...>>
Coaching expatriés impatriés...>>


01/22/2015 06:37 PM
Coaching professionnel
« Le Coaching permet la performance de l'efficacité professionnelle et l'accompagnement de périodes professionnelles complexes telles que : les projets difficiles, les périodes de crise, les fusions, les acquisitions, les transitions, les mutations, les promotions, les conflits, les expatriations, les impatriations, les reconversions, les mutations, les retours de congé maternité ou de congé parental. » 

Je vous propose de vous aider à booster vos objectifs et projets, de la prise de conscience de votre potentiel à l'accompagnement vers une stratégie adaptée, soutenue par des outils et méthodes reconnues, dans une véritable relation d'échange et de complicité.

#Coachingprofessionnel #CoachingProfessionnel78
Contacter le cabinet de Coaching...>>

12/23/2014 11:55 AM
Le Coaching en BD
« Le Coaching en BD, Histoire d’en sourire ! »

Même si beaucoup d’ouvrages ont abordé le sujet, le coaching suscite encore de nombreuses questions et les réponses apportées sont encore trop souvent réservées aux initiés, adeptes d’un jargon professionnel.

Que veut dire posture, position haute, juste distance ?
Par la bande dessinée, les auteurs ont voulu apporter des réponses simples, précises et surtout faire vivre la relation de coaching existant entre le coach et le coaché.


 Coaching personnel 78
Coaching personnel et professionnel 78
Quoi de mieux qu’une expérience vécue pour comprendre ? 
Savoir sourire de soi en toute humilité et simplicité pour laisser au coaché toute la latitude de trouver le meilleur itinéraire pour atteindre son objectif, voilà l’état d’esprit qui nous anime. Cette vision des choses, cette prise de recul, est l’essence même du coaching développé au Centre International du Coach. Au fil des pages les illustrations font échos aux questions et prolongent la réflexion.





Ce livre a été écrit par Valérie Ogier, co-fondatrice du Centre International du Coach et illustré par Pierre Ficheux, tous les deux coachs professionnels.
Source www.centre-international-coach.fr


Coaching personnel et professionnel 78...>>

12/19/2014 02:20 PM
L'expatriation, un danger pour le couple ?
Être expatrié signifie parfois "être le conjoint d'un expatrié". C’est souvent lui qui détient le contrat de travail et tous les avantages afférents, y compris l’ouverture au réseau social indispensable à une adaptation dans un pays étranger…

Pour s'adapter à une nouvelle vie dans un pays étranger, se retrouver confiné(e) dans l'intendance de la maison et l'éducation des enfants grands ou petits, peut vite poser des problèmes...
Le risque de dépression est important pour ce groupe de population qui souvent n’est pas préparé ni informé des effets psychologiques d’une expatriation en tant que conjoint.
L'article ci-dessous traite du sujet avec beaucoup de finesse :

"Comment protéger son couple face aux dangers de l’expatriation ?

 Coaching expatriés espagnols 78
 Coaching expatriés espagnols 78
Exerçant depuis deux ans la psychothérapie (individuelle, de couple et familiale) auprès de la communauté française de Shanghai, j’ai acquis une vision assez nette des souffrances que peut causer l’expatriation. Et je dois dire qu’à force de recevoir des couples en situation de crise aigüe, j’estime utile de faire part de mon expérience aux candidats au départ, dans une visée préventive. Car même si Shanghai, pour des raisons tant économiques que culturelles, figure probablement en bonne place dans le « top ten » des mégapoles dangereuses pour le couple expatrié, je pense que mon propos correspond à beaucoup d’autres destinations dans le monde…
Le premier danger m’apparaît être celui d’une désagrégation progressive du lien de couple, liée à l’éloignement croissant, sur bien plusieurs plans, des deux partenaires.

Pour commencer, il arrive que du jour au lendemain, les époux soient amenés à expérimenter des séparations longues et/ou très fréquentes. Ainsi, Monsieur rejoint parfois le pays d’expatriation bien avant sa famille (femme et enfants restant plus longtemps dans le pays d’origine pour des raisons professionnelles, scolaires…), ou alors il doit travailler dans une ville si distante de son nouveau foyer qu’il reste sur place, loin des siens, du lundi matin au vendredi soir, ou encore il est sans cesse en voyage d’affaires (ces hommes-là partent non pas en expatriation, mais pour « un business trip de trois ans » !) et s’absente de plus plusieurs soirs par semaine pour dîner avec les différents acteurs de son univers professionnel… Il arrive d’ailleurs que Madame quitte elle aussi régulièrement son mari pour passer de longues vacances en France avec les enfants.  Reste que même lorsqu’il est en week-end ou en vacances, Monsieur peut demeurer « marié à son travail davantage qu’à sa femme », par la généreuse entremise de son smart phone et/ou ordinateur portable ! Il faut avouer, à sa décharge, que la pression professionnelle qui pèse sur ses épaules est parfois énorme. Car l’expatriation est souvent synonyme pour lui d’accroissement majeur de ses responsabilités, de complexification de ses fonctions (contexte multiculturel oblige) et de stress lié à la sensation de ne pas avoir le droit à l’échec, ce qui signifierait la fin de l’aventure dans laquelle il a embarqué tous ses proches et menacerait la sécurité financière associée, qu’il assume souvent (et parfois pour la première fois) seul. Difficile pour le couple, dans ces conditions, de conserver du temps pour nourrir son intimité, avoir des loisirs en commun et échanger autour des expériences, des moments importants vécus par chacun au cours de sa journée (à ne pas confondre avec la communication liée à la logistique de la vie quotidienne !)… L’intensité du partage et de la complicité de couple se réduit alors comme peau de chagrin et ce processus éloigne l’un de l’autre…
 Coaching professionnel
Coaching professionnel 

Une autre sorte de distance peut également s’installer, insidieusement, entre les époux. Liée cette fois à une différence croissante dans l’estime qu’ils se portent mutuellement. Car si l’expatriation permet souvent à Monsieur d’accéder à un statut gratifiant à plus d’un titre (amélioration des différents éléments de sa rémunération, augmentation de son pouvoir comme de son rayon d’action, enrichissement personnel sur un plan culturel, intellectuel…, reconnaissance de la part de son environnement professionnel exprimée sous différentes formes…), il en va parfois bien différemment pour Madame. Dans son cas, en effet, trois scénarios catastrophiques peuvent malheureusement se mettre en place. Le pire est sans doute celui où l’épouse, supportant mal sa séparation brutale avec son environnement familial, amical, professionnel et ne s’adaptant pas à sa nouvelle existence, ne crée pas de nouvelles relations, ne se lance pas dans aucune nouvelle activité, se replie sur elle-même à la maison et sombre dans l’ennui. Inutile de préciser que dans ces situations, la dépression, les souffrances psychosomatiques et l’alcoolisme peuvent entrer dans la bien triste danse. Dans d’autres cas, Madame se lance avec enthousiasme (au moins au départ) dans les joies et le confort de sa nouvelle existence d’expatriée relativement oisive et remplit son emploi du temps d’activités plaisantes, parfois même intéressantes, mais déconnectées de tout projet personnel mûrement réfléchi. Entre shopping, séances de sport, rendez-vous beauté (le fameux trio coiffeur/esthéticienne/manucure), déjeuners avec les copines, cours de langue et activités culturelles ou manuelles sporadiques, elles ne s’ennuient certes pas, mais, sans toujours s’en rendre compte, laissent leur existence perdre un peu, beaucoup, voire énormément de son sens. D’autres femmes, encore, parviennent à trouver un job dans leur ville d’adoption, mais malheureusement pas toujours à la hauteur de ce que leurs diplômes et expérience professionnelle antérieure leur permettrait d’espérer en France. Chez ces femmes aussi, ennui et déprime peuvent alors pointer leur nez. Dans ces trois cas de figure (qui excluent les mères de très jeunes enfants, qui trouvent généralement dans le maternage tout le sens dont leur existence a besoin et les femmes ayant un travail en phase avec leurs compétences), il arrive que les hommes ressentent de moins en moins d’admiration et d’envie d’échanger avec une épouse mal dans sa peau ou immergée dans un style de vie nettement plus empreint de consommation et de divertissement que de croissance personnelle. Au passage, ils perdent de vue que leur compagne, en ayant accepté de s’expatrier et en apportant à toute la famille la stabilité logistique et affective nécessaire à cette grande aventure collective, est de facto co-créatrice de la valeur (ne serait-ce que financière) générée par celle-ci! Reste que mari et femme peuvent malgré tout avoir de moins en moins de choses intéressantes à se raconter, voir leurs univers s’écarter l’un de l’autre et que Monsieur peut commencer à trouver son épouse moins captivante (donc moins attirante ?) qu’auparavant.

Ces deux formes d’appauvrissement du lien de couple, d’ailleurs souvent associées, tendent malheureusement à s’aggraver au fil du temps. Car lorsqu’un homme se sent mal chez lui, perçoit cet éloignement et que les tensions se multiplient avec son épouse… il tend à fuir son foyer ! Ne sachant pas comment améliorer les choses au plan privé, il investit encore davantage la sphère professionnelle, lui consacrant toujours plus de son énergie et de son temps, acceptant dîners et déplacements professionnels avec de plus en plus d’empressement. L’épouse, quant à elle, finit parfois par percevoir l’impact négatif de sa situation d’expatriée sur le regard que son mari porte sur elle et le déséquilibre statutaire qui s’installe au sein de son couple. Elle peut aussi culpabiliser de se sentir mal alors qu’elle a objectivement tout ce qu’il faut pour être heureuse ! Et souffre, bien sûr, des conflits avec son mari, qui peuvent se trouver intensifiés par d’autres types de soucis liés à l’expatriation: mauvaise adaptation des enfants à leur nouvelle vie, tensions avec les familles d’origine (qui ressortent souvent à l’occasion de séjours prolongés au domicile des parents et beaux-parents, lors des séjours en France), difficultés professionnelles… Alors, son estime de soi et sa joie de vivre, en chute libre, renforçant parfois ses symptômes, rendent sa fréquentation de moins en moins agréable. Et le fossé se creuse… Faisant le lit (si je puis dire) de difficultés bien plus graves encore.

Car l’autre grande menace qui, selon moi, pèse sur le couple expatrié (tout du moins dans certains pays comme la Chine) est l’infidélité.

En effet, dans une ville comme Shanghai, la tentation pour ces Messieurs de donner un coup de couteau dans le contrat de mariage est omni-présente. Elle vient tout d’abord des hôtesses et prostituées qui traquent les hommes expatriés dans les bars, clubs, discothèques, karaokés…, jusque dans les chambres d’hôtel qui truffent leur vie d’éternels voyageurs (où, grâce à la complicité de concierges zélés, elles offrent leurs services par téléphone, carte de visite glissée sous la porte ou tout simplement en se présentant en personne à toute heure de la nuit). Mais aussi de ces innombrables jeunes et belles chinoises, de tous niveaux socio-culturels, qui cherchent la survie ou la richesse instantanée dans le mariage avec un occidental (déjà engagé ou non, cela n’a aucune importance !). Ceci dans un pays où l’entretien très répandu de concubines par les hommes chinois fortunés et l’obsession de l’enrichissement par tous les moyens posent un voile de grande tolérance sur toutes ces pratiques et où la consommation d’alcool largement désinhibante est très encouragée dans les rencontres d’affaires (dont les épouses sont toujours exclues, leur présence étant alors facilement et rapidement remplacée par des professionnelles ad hoc). Et dans un contexte où la pression morale d’ordinaire subtilement véhiculée par l’environnement humain d’appartenance de tout un chacun (famille élargie, amis, hiérarchie et collègues du pays d’origine, communauté religieuse…) brillent par leur absence. Ce qui conduit plus d’un expatrié à « passer à l’acte », parfaitement incognito, dans un état de plus ou moins grande conscience de ses actes. Il faut dire que quand on est un homme en pleine « middle life crisis » (qui correspond à l’âge de beaucoup d’homme suffisamment compétents pour être envoyés en expatriation), que l’on a du coup un besoin irrépressible de tester sa capacité de séduction et de renforcer son narcissisme, que l’on est en état avancé d’ébriété et que l’on trouve sur le seuil de sa porte une créature de rêve experte dans l’art de donner du plaisir (alors que son épouse vieillissante, déprimée ou râleuse, s’avère parfois de moins en moins portée sur la question), c’est paraît-il sacrément dur de résister ! Et c’est comme cela, le plus souvent, que se produit l’accident, qui peut demeurer unique ou malheureusement démarrer chez Monsieur, lorsqu’il découvre ainsi des délices auxquels il ne peut désormais plus renoncer, une véritable carrière de « serial cheater ». La même chose peut d’ailleurs se produire avec une jeune femme non professionnelle, sachant que dans ce cas-là, l’infidélité sexuelle se double souvent d’une infidélité amoureuse rendant encore plus probable l’explosion en vol du couple expatrié. Reste enfin que de la trahison peut aussi provenir, à l’inverse, des épouses esseulées qui se consolent dans des bras disponibles et accueillants (avec ou sans compensation matérielle/financière), mais c’est tout de même plus rare…
 Coach professionnel certifié
 Coach professionnel certifié 78

Alors, que faire pour éviter ces redoutables pièges de l’expatriation (certes plus présents dans certaines destinations que dans d’autres) et vivre cette expérience ensemble, de bout en bout, dans la complicité et la plus grande proximité affective ?

L’idéal serait, pour le couple au fait de ces dangers, de bien y réfléchir avant de se lancer dans un tel choix de vie. Pourtant, malheureusement, les paramètres pris en compte dans la plupart des décisions d’expatriation excluent ces considérations. Car on relève le plus souvent seulement trois types de motivation: l’amélioration du niveau de vie de la famille, la progression de carrière de Monsieur (et parfois de Madame) et/ou l’envie de vivre en famille, d’offrir à ses enfants, une expérience enrichissante car ouvrant sur de nouveaux horizons culturels, linguistiques… Tandis que l’Entreprise, de son côté, se contente la plupart du temps de vérifier l’adéquation des compétences de son collaborateur avec la description du poste à prendre à l’étranger, sans trop de soucier de l’impact potentiel de cette aventure sur l’équilibre psychique et affectif des individus, du couple et de la famille concernés. Et déploie ses plus beaux chants de sirènes pour amener son employé à signer au plus vite son contrat d’expatriation, avant qu’il se pose trop de questions existentielles…

Il faudrait pourtant que le couple examine avec le plus grand soin la cohérence (sur le fond) et l’opportunité (côté timing) de cette éventualité d’expatriation au regard du projet de vie de chacun des partenaires (comme de la situation de chaque enfant, mais c’est une autre histoire !). Une réflexion préalable dont l’évitement s’avère souvent révélatrice d’une crainte profonde de découvrir des différences, voire des incompatibilités d’aspirations, de priorités et de valeurs… Qui, si elles existent mais sont ignorées dans une prise de décision favorisant en silence l’un (ou l’autre) des époux, rejailliront pourtant rapidement et avec violence, une fois sur place ! Alors que leur prise en compte en amont peut parfaitement déboucher sur un compromis, privilégiant transitoirement et en conscience l’un (ou l’autre), mais dans un climat de confiance réciproque au regard de l’équilibre et l’équité, sur le long terme, de ce qui aura été donné et reçu de part et d’autre, dans ce couple. Avec, dans le meilleur des cas, le ressenti et l’expression durables par l’époux favorisé d’une authentique reconnaissance pour celui qui, par amour et générosité, aura accepté de mettre temporairement en veilleuse une partie de ses propres besoins et désirs. A moins que cette mise à plat effectuée avant la prise de décision de partir se solde par un renoncement extrêmement salutaire (même en temps de crise !) à un projet perçu en fin de compte comme potentiellement toxique pour ce couple.

En cas de vote commun favorable à l’expatriation, il serait ensuite fondamental que les partenaires rendent explicites, dans l‘échange et la négociation, les clauses implicites (et donc souvent floues) de leur « contrat de couple » : terme par lequel je désigne dans mon travail l’ensemble des valeurs honorées d’un commun accord et, en conséquence, les règles définissant les comportements acceptables et non acceptables dans les situations les plus concrètes susceptibles de poser problème. Ce qui oblige, comme dans la mise en place d’un contrat d’assurance, à évoquer des tas de choses désagréables, voire les pires des occurrences  (et du coup, la plupart du temps, c’est là encore « courage, fuyons ! »). Dans le cas d’un projet d’expatriation, il s’agira essentiellement pour le couple de recenser, afin de pouvoir les prévenir, les comportements de l’un ou de l’autre qui engendreraient malaise,  souffrance, conflits et rupture éventuelle. Cela peut (doit ?) aller jusqu’à un certain niveau de détails, comme le nombre de verres que Monsieur s’autorise à boire lors de chacun de ses dîners professionnels (en faisant les « Gambei » suivant avec un verre de Coca à la main, ce qui est bien plus facilement admis en Chine que certains voudraient le faire croire !), l’heure maximale à laquelle il serait souhaitable qu’il rallie le foyer familial, le nombre mensuel cumulé de jours passés en voyages d’affaires, la proportion maximale des soirées et week-ends envahie par les extensions électroniques du bureau de Monsieur, le plafond des dépenses mensuelles personnelles de Madame, la répartition des congés pris en France entre la famille, les amis de chacun et (c’est souhaitable) le temps restant pour la famille nucléaire, les moments de la semaine (c’est également souhaitable) réservés à la vie du couple, etc…

Une fois sur place, je conseillerais évidemment au couple de se rappeler mutuellement, avec tendresse, les engagements ainsi pris (ou de les définir au plus vite, quand cela n’a pas été fait préalablement !). Mais aussi, tout de suite après l’installation, de partir à la découverte des ressources disponibles sur son nouveau lieu de vie en matière de loisirs et divertissement communs (avec ou sans les enfants). Certes, c’est souvent dans l’escarcelle de Madame que finit par tomber ce rôle d’agent de réservation de spectacles, restaurants, terrains de sport, week-ends et voyages. Mais cela vaut vraiment le coup de prendre soin du temps libre vécu en couple et en famille, pour que Monsieur y repense avec nostalgie entre deux avions ou deux réunions et ait envie de retrouver les siens. Cela étant, la démarche essentielle de prévention des dangers de l’expatriation pour le couple me paraît demeurer dans le fait que les femmes (à partir là encore d’un recensement des options à leur disposition dans leur ville d’adoption), mettent rapidement en place dans leur vie des activités ayant du sens pour elles et favorisant leur croissance personnelle, quelle que soit la direction choisie. L’idée est qu’elles se placent elles aussi dans une dynamique d’effort, d’accomplissement, d’enrichissement de leurs compétences, talents et personnalité, qu’elles puissent évoquer avec fierté et enthousiasme auprès de leur chère moitié. Il peut s’agir d’activités associatives/caritatives, culturelles, linguistiques, artistiques ou encore de la création d’un petit business : tout est possible, du moment que Madame retire des expériences vécues et des rencontres effectuées des émotions, réflexions et connaissances intéressantes et partageables (le must étant que certains de ces éléments soient parfois transférables à l’univers professionnel du mari, par exemple en enrichissant sa pratique du management interculturel d’éléments glanés dans des conférences sur la civilisation du pays d’adoption…). Sans compter qu’en demeurant dans une telle mouvance de développement et d’apprentissage, les femmes sont moins susceptibles de se déconnecter de l’univers dans lequel évolue quotidiennement leur mari et ont alors davantage tendance à s’intéresser, en retour, aux petits et grands bonheurs et malheurs qu’il vit au travail. Cela revient à faire de son couple un lieu de croissance et de reconnaissance mutuelles, de partage, de soutien réciproque et d’intimité bienfaisante. Cette dernière s’étendant naturellement au domaine de la sexualité, où là aussi (disons-le tout net au risque d’aborder un domaine parfois tabou !), Madame gagne évidemment à entretenir son potentiel d’attraction (son « sex appeal », quoi !) avec le même soin que ses autres atouts…

Enfin et surtout, à la moindre alerte, sensation de malaise, de doute, d’éloignement, je conseillerais au couple de ne pas fuir (au sens propre comme figuré) ce qui se passe et au contraire d’aborder le sujet dès que possible. D’abord à deux et si cela ne suffit pas en sollicitant l’aide d’un thérapeute, quand cette ressource est disponible dans leur ville d’expatriation. Quelques séances suffisent alors généralement à analyser la situation, mettre à jour ses dysfonctionnements et définir les rectificatifs qui s’imposent, de part et d’autre. Afin d’éviter que les choses s’aggravent, faute de s’en occuper avec courage et que le couple se trouve véritablement menacé…

PS : Un excellente lecture complémentaire, pour celles et ceux qui voudraient aller plus loin (en anglais, car il n’existe à ma connaissance aucun ouvrage en français pertinent sur le sujet) : « A Moveable mariage : relocate your relationship without breaking it » de Robin Pascoe (Expatriate Press – 2003)

Corinne SON-DELFOSSE– Psychothérapeute intégrative"

Coaching expatriés impatriés en france...>>

12/08/2014 06:41 PM
Coaching Personnel


 Coaching personnel 78
Coaching personnel 78
Grâce à des outils pertinents de coaching (basés sur la PNL, analyse transactionnelle, approche systémique), une écoute active et des questions clefs,  je vous aiderai à :
- éclaircir votre panorama, 
- vous mettre en mouvement et donner du sens à l'action,   
- surmonter les obstacles, 
- externaliser vos talents et renforcer votre amour-propre,
- chercher vos propres solutions et façons de faire, vous autonomiser,
- atteindre votre but et y rester !

 Coaching personnel
 Coaching personnel
#CoachingPersonnel  #CoachingPersonnel78
Contacter le cabinet de Coaching...>>

12/08/2014 06:29 PM
La france attractive pour les étrangers
Une bonne nouvelle, la France progresse en matière d’attractivité !Elle gagne des places selon le classement de l’Agence française pour les investissements internationaux. Comment s'explique cette performance, un peu surprenante?

 Coaching expatriés impatriés
 Coaching expatriés impatriés
Vous connaissez le dicton : "Quand je me regarde, je me désole et quand je me compare, je me console".

C’est à peu près ce qu’a dû se dire le ministère des finances en découvrant cette nouvelle enquête de l'Agence française pour les investissements internationaux sur l’attractivité de la France.
Alors, pourquoi c’est important l’attractivité : d’abord, de part l’Europe mais aussi de part la mondialisation des échanges, la France est dans un système d’économie ouverte, et dans ce système, la France est plus ouverte encore aux capitaux étrangers que beaucoup de ses partenaires.

On le sait peu, mais l’économie française est plus ouverte sur le monde que l’Allemagne, l’Espagne ou la Finlande. Et cette internationalisation de notre économie est un atout bien sûr : un salarié français sur 9 travaille dans un groupe étranger, ou dans l’une de ses filiales ; c’est même un salarié sur 5 dans l’industrie.

Donc l’économie française a besoin d’attirer des capitaux étrangers. Et elle le fait plutôt bien : la France est le 4ème pays au monde à attirer le plus d’investissements étrangers, juste derrière, les Etats-Unis, la Chine, et le Royaume Uni, mais devant l’Allemagne ou l’Espagne. Et en 2013, la part de la France a  augmenté. Et ça c’est une bonne nouvelle.

Quels sont les principaux atouts de la France vus de l’étranger?

Une économie plus ouverte qu'il n'y parait ?
 Coaching Multiculturel
Il y a des choses qu’on connaissait déjà : la taille du marché français, son positionnement géographique, la productivité de sa main d’œuvre ou encore la qualité du cadre de vie. Mais plus surprenant, la France figure en tête des 14 pays de l’OCDE retenus par cette étude pour les incitations fiscales à la Recherche – le fameux crédit impôt-recherche – elle est aussi en tête pour son prix de l’électricité, et au 2ème rang pour l’internet haut débit.

Il y a aussi un domaine clé, où la France était mal classée et où elle progresse, y compris par rapport à l’Europe et par rapport à l’Allemagne, c’est la compétitivité : la France passe ainsi du 13ème au 10ème rang, pour le poids des cotisations sociales sur les entreprises. Ce n’est pas encore formidable, mais cela laisse penser que les réformes en cours commencent à produire des effets. Et puis, il y a enfin des secteurs où la France bénéfice d’un avantage technologique, comme par exemple les biotechnologies et ce n’est pas négligeable.

Quelques points noirs quand même...
 Là, il n’y a pas de surprise. Les investisseurs étra
ngers montrent du doigt la complexité administrative et réglementaire ou la pression fiscale. Sur l’impôt sur les sociétés par exemple, la France demeure colée à une très mauvaise place, 12ème sur 14.  Un dernier chiffre, celui du nombre de jour de grève : la France est avant dernière, seule l’Espagne fait pire.

En tout cas, globalement, cette étude fait du bien, car on est quand même très loin du "french bashing" que l’on entend parfois...
Chronique de Vincent Giret du Journal Le Monde
Source France Info
Coaching expatriés impatriés...>>

11/22/2014 05:07 PM
LE BURN-OUT CHEZ LES EXPATRIÉS
 Coaching expatriés impatriés
 Coaching expatriés impatriés
Si l’expatriation constitue souvent une expérience enrichissante, elle n’en demeure pas moins une épreuve pour l’expatrié et sa famille. Difficultés d’adaptation, stress, voyages incessants, décalages horaires, tensions conjugales, le burn-out, ou syndrome d’épuisement professionnel, vous guette.

En 1980, le psychanalyste américain Herbert J. Freudenberger attire l’attention de ses pairs sur un phénomène d’épuisement professionnel qu’il nomme burn-out.
 Coaching professionnel certifié
 Coaching professionnel certifié
Les expats sont très exposés Bien sûr, le burn-out n’est pas l’apanage des expatriés.


Mais la nature même de leur travail dans un environnement complexe, en rupture avec leurs origines, et bien souvent leur langue maternelle, les expose particulièrement. L’adaptation mobilise les réaménagements psychiques pour faire face aux exigences du nouveau contexte de vie...
Lire la suite de l'article...>>


 GCoaching Coach Multiculturel
 GCoaching Coach Multiculturel




Le conjoint aussi… 
Femme d'expat, un enfer au paradis ? Dans un article paru il y a quelques mois, vous aviez été nombreux à partager avec nous votre expérience de vie à l'étranger, en maniant l'humour et l'émotion, coups de blues et coups de gueule.
Source femmexpat.com et lepetitjournal.com




Lire la suite de l'article...>>
Coaching expatriés & impatriés...>>


10/31/2014 05:51 PM
Un livre passionnant "Devenir soi" de Jacques Attali
"Le coaching est l’art d’accompagner une personne, un groupe,
une équipe dans la réalisation de ses projets."
 Coaching individuel et d'équipe
 Coaching individuel et d'équipe

Le « devenir soi » c’est avoir une profonde connaissance de soi. Connaissance qui nous permettra d’avancer vers....

Faites vous accompagner dans ce « devenir soi ».
Le coaching vous permettra de clarifier vos plus profonds désirs, vos projets, vos objectifs quels qu’ils soient. Vous pourrez identifier quelles sont les contraintes qui vous sont imposées, les croyances qui vous limitent et vous empêchent de changer.

Vous mettrez en lumière vos talents, vos compétences, ainsi que vos valeurs, votre identité, votre finalité personnelle qui sont des ressources puissantes, indispensables et précieuses pour l’atteinte de cette recherche de soi.
Vous explorerez les alternatives, rechercherez vos propres solutions pour vous mettre en mouvement.

Être, faire, agir et réagir en fonction de ce qui est au plus profond de vous-même, sur le long terme, et non pas en fonction de décisions fugaces imposées par notre environnement.



Osez, Agissez d’une bonne fois pour toute. Laissez vous vous accompagner dans cette recherche de soi ! Cela est déjà un grand pas vers le changement...
En savoir plus...>>

 Coaching 78
 Coaching  individuel 78
Dans son livre « Devenir-Soi », Jacques Attali, nous dit : 
« Il convient de parcourir un Chemin en cinq étapes que voici :
1/ Comprendre les contraintes imposées à sa vie par la condition humaine, par les circonstances et par les autres.
2/ Se respecter et se faire respecter; réaliser qu’on a droit à une belle et bonne vie, à du beau et du bon temps.
3/ Admettre sa solitude; ne rien attendre des autres, même de ceux qu’on aime ou qui nous aiment; et, grâce aux étapes précédentes, la vivre comme une source de bonheur.
4/ Prendre conscience que sa vie est unique, que nul n’est condamné à la médiocrité, que chacun a des dons spécifiques (…)
5/ On est alors enfin à même de se trouver, se choisir, prendre le pouvoir sur sa vie. »

«  Le respect de soi exige également de se préciser à soi-même ses valeurs, ce qu’on entend par le Bien et le Mal, et d’en hiérarchiser les diverses formes; de décider ce sur quoi on est prêt ou non à transiger; de distinguer entre l’important et l’accessoire, entre la satisfaction immédiate et l’investissement dans une plénitude de plus long terme (…)
Le respect de soi suppose de prendre au sérieux quotidiennement ces mots et les valeurs qu’ils recouvrent, de tenir les promesses qu’ils impliquent; de se former et de se réformer sans cesse en utilisant le meilleur de ses capacités; de viser sans répit l’excellence de soi. Ce qui conduit aussi à ne pas se mentir; à ne pas s’épargner; à analyser et comprendre ses échecs; à identifier ses responsabilités; à comprendre ce qu’on peut attendre et espérer de soi (…)
Le respect de soi conduit aussi à écarter la haine de soi, à ne pas se mépriser, à penser qu’il y a nécessairement en soi quelque chose qui mérite d’être mis en valeur; que rien n’est perdu (…)
Il conduit aussi à ne pas chercher à tout prix à être plaint ou consolé (…) à être préparé à saisir dans le malheur de nouvelles opportunités.
Le respect de soi conduit à trouver une force intérieure, à atteindre lucidité et intériorité, intégrité et courage (…). Il renvoie une image sereine et positive de soi à son entourage et conduit à en être respecté: de fait, comment espérer être respecté d’autrui si on ne se respecte pas soi-même? »

« Alors, je vous le dis : prenez-vous en main, libérez-vous des conformismes (…). N’attendez plus rien de personne. Ayez le courage d’agir. La bonne vie est une vie où l’on se cherche sans cesse, où l’on se trouve mille fois successivement ou simultanément. Comprenez que, si vous n’agissez pas pour vous et pour ceux que vous aimez, vous serez bientôt, vous et les vôtres, dans une situation bien pire que celle d’aujourd’hui (…) Vous pouvez le faire d’abord dans votre vie privée. En prenant le pouvoir sur vous, (…) vous pouvez échapper à un destin fixé d’avance. (…) Vous pouvez découvrir qui vous êtes et le réaliser.
Vous pouvez aussi le faire dans votre travail. Si vous êtes chômeur, au lieu d’attendre une offre d’emploi, créer votre entreprise; si vous êtes salarié avec un emploi précaire, ennuyeux ou aliénant, inventez vous-même une nouvelle façon de faire votre métier, plus amusante et plus créative, ou quittez votre emploi pour vous former et créer le vôtre. Si vous êtes chef d’entreprise, n’attendez pas de baisse d’impôt pour investir ou embaucher; et si vous êtes artiste, n’attendez pas de commande publique ou privée pour créer."





10/23/2014 06:44 PM
Preparar su expatriación con un Coach
Una expatriación fallida es frecuentemente resultado de una mala preparación.
Actividad relativamente reciente, el coaching, se desarrolla rápidamente en todos los ámbitos. Una de las especialidades que podemos encontrar es el coaching para la #expatriación o regreso al país de origen.
Preparar su expatriación con un Coach

De origen #multicultural (padre mexicano, madre francesa), con gran experiencia en la expatriación y cambios culturales, su Coach, con una formación certificada (RNCP e ISO 9001) le garantiza el mejor acompañamiento en la gestión de este cambio.

Tiene usted un proyecto en el extranjero ?

Ganas de cambiarse de país, región, ciudad pero no sabe por donde empezar ?  Planea acompañar su conyugue trasladado a otro lugar ? Es adolecente y no tiene otra opción mas que de seguir a sus padres a otro país ?
Recién mudado a Francia, no sabe ni logra integrarse a este nueva cultura ?

Situaciones aparentemente comunes y corrientes que pueden fácilmente transformarse en un coctel explosivo !
Cuando la familia no se adapta, es toda la misión que se pone en duda.
Un regreso anticipado es costoso para las empresas sin olvidar las consecuencias extremas y trascendentales tales como un divorcio, problemas relacionales entre parientes o problemas psycodramáticos familiares.

Preparar su expatriación con un Coach...>>



10/23/2014 06:25 PM
Où vivent les 2 millions d’expatriés français ?
Où vivent les 2 millions d’expatriés français ?
 Coaching multiculturel français espagnol
 Coaching multiculturel français espagnol

Plus de deux millions de français sont installés à l’étranger de manière plus ou moins permanente, dont 1.640.000 sont inscrits au registre des Français établis hors de France, qui est tenu par le #Ministère des #AffairesÉtrangères. 






Leur nombre a augmenté de 35 % au cours des dix dernières années, les hausses les plus importantes ayant été enregistrées en 2006, 2008 et 2011. 

La moitié de ces #expatriés résident à l’heure actuelle en Europe, 15 % en Amérique du Nord et 15 % en Afrique.
Source contrepoints.org Via le rapport d’enquête de la Commission sur l’exil des forces vives de France.

10/13/2014 06:49 PM
Préparer son expatriation à l’aide d’un coach

Une expatriation ratée est souvent une expatriation mal préparée
Métier encore récent en France, le  #coaching se développe dans tous les domaines. Certains coachs ont dans leurs spécialités le #Coaching pour l'#expatriation ou l'#impatriaton.

Votre #coach est d'origine #multiculturelle puisque de parents français et #mexicains. Sa propre expérience à l'expatriation dans le monde entier et sa certification professionnelle vous garantissent le meilleur encadrement possible...

Quel est le rôle du coach ?
Vous avez un projet à l’international ? Vous avez envie de partir mais ne savez pas quelle destination choisir ? Vous allez accompagner votre conjoint muté à l’étranger ? Vous êtes adolescent et êtes obligé de suivre vos parents dans un autre pays ?…
Vous êtes en france depuis peu et vous ne savez pas par quel bout prendre votre #intégration dans ce nouveau pays ?

Des situations en apparence banales, mais qui peuvent constituer des cocktails explosifs en cas de mauvaise préparation : la principale cause d’échec d’une expatriation n’est pas l’expatrié lui-même mais l’entourage.
En effet, lorsque la famille ne s’adapte pas, c’est toute la mission qui est remise en cause. Et un retour anticipé coûte très cher aux entreprises. Sans oublier les cas extrêmes de divorces et autres psychodrames familiaux qui peuvent se jouer en coulisse et impacter le collaborateur sur le long terme...

 Coaching expatriation
 Coaching expatriation