L'Express de Madagascar – Actualités en direct sur Madagascar


09/12/2017 04:35 AM
Élection au CSM – Un autre son de cloche se fait entendre
Un courant de magistrats défend la régularité des élections au sein du CSM. Ces juges dénoncent « une mauvaise foi » des contestataires. Réplique. Le Conseil d’État a rejeté la demande de sursis à exécution des résultats des élections des membres du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), concernant notamment celle d’un des magistrats élu, faite par le juge Firiana Ranesa. En attendant la décision sur la requête en annulation, la grogne de certains magistrats s’est fait entendre quant au rejet prononcé, mercredi. Un autre courant de magistrats, favorables à la régularité du scrutin ayant déterminé les nouveaux membres du CSM donnent, toutefois, de la voix pour pointer du doigt ce qu’ils estiment comme une mauvaise foi d’un candidat perdant. Pour eux, certes, le recours est un droit, mais un bon magistrat sait qu’on ne discute pas d’un dossier en cours pour ne pas influencer la Justice. Par discipline, un juge ne doit, également, pas créer de débat sur la décision d’un de ses pairs. Dans leur élan, ces juges soutiennent que mettre en doute une décision de Justice n’est pas un comportement digne d’un magistrat qui souhaite encore rester dans le corps. À partir du moment où le verdict est tombé, il aurait dû se taire. Durant et à l’issue du procès, des juges ont exprimé leur frustration quant à la décision du rejet décidé par la Cour administrative. Le requérant soutient, toutefois: « Je n’ai jamais contesté la décision du Conseil d’État. Dans toutes mes interventions, j’estime ne pas avoir outrepassé le devoir de réserve, et avoir fait attention pour ne pas influencer la Cour ». Le magistrat Ranesa ajoute, toutefois, que cela n’empêche, pourtant, qu’un débat doit être ouvert autour des critères de candidature au sein du CSM. Attributions liées à la magistrature Tablant sur une mauvaise foi du juge Ranesa et du courant des contestataires, l’un de ceux favorables à la régularité du scrutin au sein du CSM rétorque, toutefois, que lors d’une précédente élection, en 2014, personne n’a trouvé à redire alors que le même texte a été utilisé pour le vote, en novembre. D’autres magistrats affirment, cependant, que ce sujet a déjà posé problème en 2014, seulement, il n’a pas fait l’objet de pareil intérêt médiatique. L’obligation pour le candidat d’avoir effectué huit années de service effectif au sein de la magistrature, qui réduit les marges des magistrats en position de détachement est la source de la passe d’arme judiciaire actuelle. Dans la mêlée, tous concèdent néanmoins que la loi est imprécise. Qu’elle doit être rectifiée. Une source proche du dossier, indique que la commission électorale du CSM avait encouragé les recours devant le Conseil d’État car elle aussi, voulait que la Cour tranche sur le sens de la disposition. Avant Firiana Ranesa, cinq magistrats ont déjà contesté devant la Cour administrative le refus de leur candidature pour ne pas avoir rempli les huit années de service effectif au sein de la magistrature. À l’instar de la décision de mercredi, le sursis à exécution a été rejeté. Les décisions de fond sur l’annulation des deux recours sont toujours attendues. Les candidatures ont été rejetées, car elles ne remplissaient pas les critères requises, affirme la source avisée. Concernant la candidature contestée, la source ajoute que pour la commission, la disposition légale implique que le service effectif concerne, également, ceux dont les attributions ont un lien direct avec la magistrature. Le fait d’avoir été directeur de l’éthique et discipline des magistrats, au sein du CSM, est constitutif de service effectif au sein de la magistrature. Promotion des règles éthiques, appui à la conduite des affaires disciplinaires des magistrats ou encore à la sauvegarde de l’indépendance de la magistrature seraient, entre autres, les tâches de cette direction. « Le problème est que le texte est devenu sujet à interprétation. À mon sens, le détachement devrait être considéré selon le critère organique et non fonctionnel, mais aussi selon l’attribution du poste, car à ce moment là il n’y a plus de critère objectif », réplique Firiana Ranesa. Étant donné les avis divergents, seul le Conseil d’État pourrait mettre tout le monde d’accord. Une jurisprudence qui arriverait au moment opportun étant donné qu’un processus de révision de la loi sur le CSM est en cours. Garry Fabrice Ranaivoson

09/12/2017 04:35 AM
Vol d’Ar 348 millions – Un maire incarcéré à Antalaha
Accusé de complicité dans le vol de 348 millions d’ariary contre un Pakistanais, un maire en exercice a été jeté en prison. Il est soupçonné d’avoir caché le pactole dérobé.  Du fil à retordre. Traduit devant le parquet d’Antalaha avant-hier pour le vol d’une somme faramineuse s’élevant à 348 millions d’ariary, le maire d’Ambinanin’andra­voro à Vohémar, un opérateur économique connu dans la région SAVA, a été placé  sous mandat de dépôt. Son présumé complice, gardien d’un  Pakistanais opérant dans la filière vanille partage son sort. Dans un aveu, le deuxième prévenu reconnaît le vol et affirme avoir laissé aux bons soins de l’élu le pactole dérobé. Lors des auditions, le maire d’Ambinanin’ andravoro a, pour sa part, nié en bloc les incriminations portées contre sa personne. D’ailleurs, une perquisition effectuée à son domicile après son arrestation s’est avérée infructueuse. Le vol a été perpétré au foyer du Pakistanais dans la nuit de vendredi à samedi.   Au réveil, la disparition des fonds a été signalée aux forces de gendarmerie. Après le constat de la disparition de l’argent, l’opérateur économique qui en a fait les frais s’en est pris à son gardien. Il avait déjà versé du pétrole sur son employé pour le brûler vif lorsque des gendarmes de la brigade territoriale d’Ampanefena ont débarqué in extremis. Dans un interrogatoire serré, le suspect a dénoncé le maire, arrêté à son tour à Ampanefena même. Empoisonnement  Un autre opérateur économique, d’origine indienne, est tributaire de ce vol. En partant à Antalaha, il a confié la somme à son partenaire Pakistanais, une somme s’élevant à 148 millions d’ariary selon les préjudices déclarés, pour rassembler de la vanille pour l’exportation. Le vol a été commis la nuit même de son départ. Le Pakistanais à qui il a laissé les fonds ainsi que son épouse, de nationalité malgache, étaient plongés dans un sommeil lorsque l’argent fut volé dans leur chambre. La gendarmerie indique qu’on leur aurait servi de la limonade additionnée d’une importante dose de somnifère que le gardien incriminé venait d’acheter. Préposé à la surveillance de la vanille collectée, celui-ci dormait avec un associé de son patron pakistanais  dans une pièce adjacente. Le gardien incriminé est soupçonné d’avoir agi avec des complices. Lorsque le vol a été découvert, l’associé du Pakistanais a affirmé avoir,  lui aussi, perdu deux cents millions d’ariary, portant ainsi à 348 millions d’ariary le montant déclaré. Andry Manase

09/12/2017 04:35 AM
Personnes en situation de handicap – Recours international pour violation de droit
La ratification du protocole facultatif relatif à la convention relative aux droits des personnes handicapées est en bonne voie. Les parlementaires l’ont adopté, jeudi. Vote décisif. La bataille des personnes en situation de handicap (PSH), dans le respect de leurs droits, commence à voir le bout du tunnel. Les parlementaires de l’Assemblée nationale à Tsimbazaza ont adopté, jeudi, le protocole facultatif se rapportant à la convention relative aux droits des personnes handicapées, ratifiée en 2014. Josoa Radafiniantsoa, directeur exécutif de la Plateforme des Fédérations des Personnes Handicapées de Madagascar (PFPH-Mad), se réjouit de cette avancée. « La ratification de ce protocole va sûrement changer le cours de l’histoire, même dans la façon dont on va considérer les PSH », lance-t-il, hier. Il a une valeur contraignante. « Il obligera l’État et tous à appliquer la loi régissant les droits des PSH et toutes autres mesures y afférentes. Si l’État ne se conforme pas à cette convention, il pourra être pénalisé au niveau international », poursuit Josoa Radafiniantsoa. Ce protocole facultatif leur permettra d’avoir recours au Comité des droits des personnes handicapées au niveau international, en cas de violation de leurs droits. Recours « Ce sera lorsque les recours nationaux seront épuisés que nous pouvons faire appel à ce comité », précise-t-il. Ce dernier examinera les communications « présentées par des particuliers ou groupes de particuliers, ou au nom de particuliers ou groupes de particuliers, relevant de sa juridiction qui prétendent être victimes d’une violation par cet État Partie des dispositions de la Convention », cite l’article premier de ce protocole. Il y a encore un bout de chemin à parcourir avant que les PSH puissent jouir complètement de leurs droits, à Madagascar. Il n’y aurait que 1 % des enfants en situation de handicap qui seraient scolarisés. Avec l’éducation inclusive mise en œuvre par le ministère de l’Éducation nationale, trente écoles primaires publiques (EPP) accueillent déjà des PSH. L’employabilité n’est pas meilleure, seulement 5 % des PSH actives auraient du travail. Monique Ravelonirina, responsable du projet Mirazo financé par l’Union Européenne, évoque, en outre, l’inaccessibilité des bâtiments publics, et même l’exclusion des PSH dans le programme de développement. « Il n’y a que trois à quatre ministères, dont celui de l’Éducation nationale, de l’Économie et du plan, du Budget et des finances, qui nous consultent », indique-t-elle. Ces PSH revendiquent également leurs droits de citoyen. Ils parlent, entre autres, des bureaux de vote qui ne sont pas encore accessibles pour certains d’entre eux. Ce protocole facultatif sera présenté au Sénat d’Anosikely, prochainement. Miangaly Ralitera

09/12/2017 04:35 AM
Antsiranana – La sardinelle tue huit personnes
Huit personnes qui ont consommé des clupéidés vénéneux sont décédées hier, à Antsiranana. Vingt-quatre autres ont été hospitalisées. Une tragédie alimentaire. Une intoxication due aux sardinelles s’est produite  à Antsiranana, hier matin. Le bilan provisoire a enregistré huit morts dont un enfant et vingt-quatre hospitalisés. Ce chiffre ne cesse d’augmenter, d’après les premiers éléments de l’enquête. La direction régionale de la Santé publique a annoncé qu’il s’agissait d’une ICAM ou intoxication par la consommation d’animaux marins. L’Organe mixte de conception (OMC) s’est réunie d’urgence, dirigé par le préfet Arsène Banoma, pour faire le constat de la situation, sensibiliser la population et prendre les mesures d’urgence. Ainsi, les forces de l’ordre, les représentants des ministères du Commerce, de la Santé publique et de la Pêche ainsi que ceux de la  commune, sont tout de suite descendus dans les marchés de Bazarikely, Bazar la star, Grand Pavois, Scama et sur le parcage de Ramena pour saisir toutes les sardinelles en vente. « Tôt hier, les allaches empoisonnées ont été triées par les des chalutiers de Ramena », signale un poissonnier. Longue file La première victime a été annoncée, dans la nuit de jeudi, au Centre hospitalier universitaire de Tanambao, la deuxième à l’hôpital militaire. Hier, les patients ont fait une longue file à la polyclinique Next de Scama. « Les symptômes commencent par la fermeture de la cavité buccale, puis des crampes et des diarrhées », précise le médecin inspecteur Leticia Yasmine. La population d’Antsiranana a été sensibilisée sur ce type de poisson mortel. « Les clupéidés mangent des algues toxiques pendant la saison des pluies et surtout quand il fait chaud »,  indique un technicien de la pêche. Désormais et jusqu’à nouvel ordre, il est interdit aux pêcheurs de capturer ces poissons. C’est ce qui a été décidé pendant la réunion de l’OMC. Ce grave cas d’intoxication a nettement réduit le commerce des produits de mer hier après-midi, daprès les témoignages obtenus. Celui-ci est plus meurtrier que celui survenu en 2012, dans la commune de Mahatsara-Antsiranana qui avait coûté la vie à trois personnes. Certains poissonniers n’ont pas respecté l’interdiction et n’ont pas détruit leurs produits. Une descente quotidienne sur les marchés et sur la plage sera effectuée pour surveiller ceux qui persistent à écouler des poissons infectés. Une enquête a été également ouverte. Aucune plainte provenant des proches des victimes n’a toutefois été déposée auprès des forces de l’ordre, d’après les informations données au compte-gouttes par un policier local. « Des chiens, chats et poulets qui ont mangé de ces clupéidés, sont morts. Les produits vénéneux saisis ont été enterrés dans la cour de la commune », raconte un membre de l’OMC. Hajatiana Léonard 

09/12/2017 04:34 AM
Bailleurs de fonds – Pluies de financement au gouvernement
En moins d’un mois, le gouvernement a bénéficié d’appuis financiers d’un montant de plus de 170 millions de dollars. Les impacts se font encore attendre. Les financements pleuvent. En moins d’un mois, le gouvernement bénéficie des financements issus de différents bailleurs de fonds sous forme de dons non-remboursables ou de prêts. Au total, plus de 170  mil­lions de dollars ont été décrochés durant cette période. Le dernier en date est celui de la Banque mondiale. Cette institution a approuvé, hier, un don de l’Association internationale de développement (IDA) d’un montant de 45 mil­lions de dollars pour « renforcer la capacité des ménages à faire face aux chocs et créer un environnement favorable au développement d’opportunités économiques dans les zones rurales ». Outre la Banque mondiale, le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque africaine de développement (BAD), ont fortement apporté leur contribution. Le point marquant reste sans doute le décaissement de la troisième tranche du programme Facilité élargie de crédit. Certes, le montant est de 44,5 millions de dollars, mais la continuité de cet accord triennal avec le FMI est un très bon signe pour l’économie du pays. Confiance En quelque sorte, les bailleurs affichent leur confiance complète au régime en place. « Le Conseil a une confiance élevée dans le programme », a déclaré Patrick Imam représentant du FMI à Madagascar, dans une interview accordée à L’Express de Madagascar, hier, à propos de la décision prise par le Conseil d’administration de cet organe. Les observateurs attendent, de pied ferme, l’impact de ces financements sur le quotidien des Malgaches. Bien que la Banque mondiale ait annoncé que l’économie malgache devrait progresser au rythme de 4,1 % en 2017, confirmant la tendance positive observée l’an dernier, ces chiffres évoqués ne se ressentent pas dans les ménages, surtout chez ceux qui vivent avec moins d’un dollar par jour. C’est la raison pour laquelle la Banque mondiale déploie un financement colossal pour appuyer le gouvernement malgache dans sa politique de développement en faveur d’une croissance inclusive et résiliente. « Faire en sorte que ces résultats macroéconomiques positifs se reflètent dans le quotidien des plus vulnérables : c’est l’un des principaux défis que doit relever la Grande Île », souligne Coralie Gevers, Country Manager de la Banque mondiale pour Madagascar. « Le pays doit entreprendre des réformes pour veiller à ce que la croissance économique se traduise par une amélioration durable des conditions de vie des populations pauvres. Il faut donner aux communautés rurales les moyens de générer un plus grand nombre d’emplois en favorisant leur accès à la terre, aux financements, à l’énergie et aux marchés », ajoute cette responsable. En plus de cette enveloppe, la Banque mondiale avait déjà approuvé le 16 novembre, une aide budgétaire de 45 millions de dollars pour l’amélioration du climat des affaires et de l’accroissement fiscal. La BAD, quant à elle, a annoncé le décaissement de l’enveloppe de 45 millions de dollars pour les réformes économiques. Lova Rafidiarisoa

09/12/2017 04:34 AM
Lois électorales – Simple restitution ou nouveaux débats ?
Le Comité de vigilance démocratique pour les élections (CVDE) ne semble pas être d’accord avec l’appellation « échange » énoncé par le Premier ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana,  lors du face-à-face du gouvernement avec le Sénat, jeudi. Selon une source près du comité de vigilance, « il faut savoir s’ils sont vraiment prêts à faire un dialogue. D’après ce que nous savons, le Premier ministre fera une restitution comme à l’hôtel Carlton en octobre. C’est-à-dire qu’il fera un exposé de ce qu’il a été décidé concernant les lois sur l’élection. L’appellation “échange” est, dans ce cas, à réviser ». Le Président Hery Rajaonari­mampianina aurait donné consigne pour que les projets de lois électorales fassent d’abord l’objet d’un nouvel échange, avec les partis politiques, la société civile et les partenaires internationaux avant leur présentation au Parlement. Effectivement, le locataire de Mahazoarivo a annoncé qu’une présentation publique de ces lois sera organisée prochainement. Cette restitution publique est pourtant une occasion pour le CVDE de, finalement, connaître la teneur des trois lois organiques sur l’élection, que ses membres ont revendiqué depuis la ratification d’un accord politique le 24 novembre. Dans ce « pacte », les chefs de partis politiques se sont engagés, entre autres, à respecter les disciplines, les règles de jeux et la consensualité dans l’application des décisions communes et à former un front uni des forces vives jusqu’à l’instauration de la vraie démocratie pour l’intérêt du peuple malgache. La demande du CVDE sera donc partiellement exaucée, dans la mesure où le souhait de ses membres de voir les lois électorales rendues publiques, sera bientôt satisfait. Loïc Raveloson

09/12/2017 04:33 AM
Saropody – Un corps méconnaissable retrouvé
Une découverte macabre a mis en émoi passants et riverains à Saropody Tanjombato, hier. Dans la matinée, le corps méconnaissable d’un homme de vingt-huit ans a été rejeté par l’Ikopa. Le défunt  travaillait pour une entreprise franche des environs. Il était porté disparu depuis trois jours selon les témoignages des personnes de son entourage. Rejeté par les eaux montantes du fleuve dans la nuit de jeudi à vendredi, la dépouille a été retrouvée à l’aube. Remontée pas les sapeurs-pompiers, venus avec un véhicule d’intervention subaquatique, elle a été placée sur la berge où une équipe du bureau municipal d’hygiène l’a récupérée pour le transporter à la morgue de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona à Ampefiloha. La thèse d’un meurtre semble écartée à la lumière d’une autopsie, pratiquée hier sur la dépouille. Les indices relevés tendent en revanche vers une noyade , suite à un état d’ébriété. Lors de la découverte macabre,  le défunt avait encore sur lui tous ses vêtements. Les proches de la victime n’ont pas eu du mal à faire l’identification bien que le corps soit en état de décomposition. A.M.

09/12/2017 04:33 AM
Evénement – Les produits européens mis en avant
La foire des produits européens et CE est ouvert au grand public depuis hier. La première journée a déjà vu un grand engouement des visiteurs. Articles d’habillement, de prêt-à-porter, des chaussures, des appareils électroménagers, des bijoux, des meubles de décoration d’intérieur et surtout des produits de beauté et cosmétiques sont les divers articles exposés au Palais des sports de Mahamasina. « Plus d’une centaine de participants ont répondu présent à cette deuxième édition de la foire des produits européens et CE. Cet évènement s’adresse aux amateurs de marchandises en provenance d’Europe, ainsi qu’à ceux respectant les normes  imposées par l’UE », détaille Laurence  Razafindraibe de Prestart Mada, organisateur de l’évènement. À l’occasion de la fête de Noël et de fin d’année, des jouets ont également marqué cette deuxième édition. Les exposants ont fait de la promotion, de la liquidation. La foire dure trois jours pour s’achever demain. Sandra Hafalianavalona

09/12/2017 04:33 AM
Chanson – Le « Team Kalo A Cappella » chante Noël
Un événement musical envoûtant son public par la seule force de la voix de ses artistes, le « Team Kalo A Cappella » rempile pour sa huitième édition au Tranompokon’olona Analakely. Voilà huit ans déjà que ce rendez-vous mélodieux arpente la scène artistique de la ville des Mille. Faisant l’éloge des prouesses vocales des chanteurs a cappella de toutes les générations, « Team Kalo A Capella » enchante continuellement l’ouïe du public. Affichant une modestie ainsi qu’une générosité propre à elle-même à chacune de ses éditions, l’événement s’affirme comme une plateforme inédite pour tous les passionnés de chants a cappella. Pour une huitième édition qui s’annonce enchanteresse et harmonieuse, « Team Kalo A Capella » convie le public de la capitale à le retrouver le temps d’un concert fraternel. Ce 16 décembre à partir de 15 heures à la Tranompo-konolona Analakely, trois groupes émérites de la chanson a cappella sont à l’affiche, pour faire vibrer les lieux par la force de leur voix. Feo, le Quartet Junior et Telo sy Telo promettent ainsi un concert surprenant, à l’occasion. « Le temps de cet événement, il nous importe de valoriser, non pas un genre musical, mais cette technique de chant à part entière qu’est l’a cappella. Une manière unique en soi qui promeut d’une manière poétique et enjouée le talent d’un chanteur et que l’on se plaît à partager avec le public», confie Toubih Rands, coordinateur de l’événement. Trois groupes, trois personnalités La Tranompokonolona Analakely se verra ainsi su-blimée d’un instant de convivialité séraphique, grâce au talent de cette belle brochette de chanteurs. De plus, en cette période festive de fin d’année, la huitième édition du « Team Kalo A Capella » se démarquera par sa thématique principale. Grandement à l’aise en interprétant leurs propres compositions, mais aussi en reprenant chacun à leur manière, les grands standards de la variété nationale et internationale, Feo, Quartet Junior et Telo sy Telo aniseront leur répertoire du doux parfum des fêtes. « Mikalo ny Anarany » ou louant son nom, est, d’ailleurs affiché en grand sur l’affiche de cette édition. Le concert chantera ainsi Noël dans toute sa splendeur. Une grande première pour le « Team Kalo A Capella » qui, traditionnellement, s’est toujours tenu au mois de juin ou juillet. Chaque groupe réserve ainsi un petit lot de surprises pour le public, notamment en se redécouvrant autrement à travers cette thématique de Noël. En quatuor, en quintet et en sixtet, Quartet Junior, Feo et Telo sy Telo se donneront à cœur joie pour émouvoir leur auditoire du jour, le tout avec comme seul instrument de musique leur voix. Après l’Institut français de Madagascar et l’Ivontoeran’ny kolontsaina malagasy à Antsahavola, c’est ainsi dans cet antre du folklore et du théâtre traditionnel qu’est le Tranom-pokonolona Anala-kely que « Team Kalo A Capella» transcendera de nouveau les mélomanes. Andry Patrick Rakotondrazaka

09/12/2017 04:33 AM
Comores – L’Afrique de l’Est en modèle
Le bureau sous-régional pour l’Afrique de l’Est de la Commission économique pour l’Afrique, a organisé son 21e Comité Intergouvernemental d’Experts aux Comores. Trois jours de rencontres autour des freins et accélérateurs de croissance en Afrique de l’Est. Ce fut l’occasion pour les Comores d’apprendre de ses voisins continentaux. À l’issue des différents débats, la CEA est optimiste quant à l’objectif des Comores d’émergence pour 2030. Les Comores détiennent déjà, de manière naturelle les clés de leur croissance, reste à les développer. Selon Andrew Mold, le directeur du bureau sous régional de la CEA, le tourisme peut devenir le coeur de l’économie comorienne. « Nous avons eu des discussions sur la manière de renforcer le secteur privé, de profiter de l’économie bleue : tous les atouts de l’environnement marin et nous avons aussi parlé du tourisme. Le fait que l’île Maurice et les Seychelles aient actuellement beaucoup plus de touristes ne signifie pas que les Comores ne peuvent pas -aussi- commencer à augmenter le nombre de ses visiteurs. Nous étions très impressionnés par la volonté du gouvernement d’écouter. » Les entrepreneurs comoriens émettent davantage de réserves à l’instar d’Hissane Guy, la présidente d’EFOICOM, l’antenne comorienne du réseau d’entreprenariat féminin de l’océan Indien. Partenariat public-privé « Il faut que l’état reprenne ses prérogatives. Je pense qu’il faudrait que l’État ait cette conviction qu’un partenariat public-privé est désormais indispensable. On ne peut pas faire de formation sans consulter le secteur privé, qui ne demande qu’à renforcer ce dialogue. » Côté secteur public, on botte en touche pour la défaillance du système de l’éducation. L’économiste Soilihi Mohamed Djounaid directeur de la fonction publique préfère se concentrer sur la fructification de l’argent de la diaspora. « Ça c’est la patate chaude à chaque fois. Secteur public c’est vrai…mais l’université à l’heure actuelle c’est une institution qui est autonome. Beaucoup d’exemples ont été développés au niveau des panels de discussions sur la mobilisation des fonds de la diaspora. Si on s’applique, avec rigueur, on peut réussir à canaliser ces fonds vers des secteurs beaucoup plus productifs. » Secteurs privés et publics ne parviennent pas à appliquer leurs engagements, ce qui semble être le frein le plus robuste. © RFI