Madagascar - Actualités de la diaspora malgache en France: reportages, agendas des soirées, interviews, cartes prépayées pour appeler à Madagascar

Madaplus.info informe sur les actualités, infos sur Madagascar et évènements des malgaches en France. Informations politiques, économiques, sociales, culturelles, sportives, faits divers, tourisme, soirées et concert. Vaovao amin'ny teny malagasy, vaovaom-piangonana.

31/12/3000 10:59 PM
Vous aussi annoncez vos soirées et événements ici !
Vous aussi annoncez vos soirées et événements ici !


25/02/2017 02:29 PM
Journée de la littérature malgache - samedi 25 février
Journée de la littérature malgache - samedi 25 février


24/02/2017 03:11 AM
PETANQUE : Place au tournoi local
PETANQUE : Place au tournoi local
Après les programmes des tournois internationaux, le calendrier de tournoi dans la ligue d’Analamanga est dévoilé. Ce premier tournoi dans cette ligue aura lieu ce week-end.

Ce tournoi du 25 et 26 février 2017 portera le nom de « Vola iray sobika ». Quatre catégories départageront les boulistes : élites, amateurs, juniors et dames. Notons que pour les quatre années à venir, la ligue d’Analamanga de pétanque sera chapeautée par le Sénateur Berthin Randrihamihaingo. Ce sénateur passionné de rallye est aussi un joueur de pétanque d’où cette décision d’apporter son aide à la ligue d’Analamanga.


24/02/2017 03:07 AM
Santé : Les soins coûtent chers
Santé : Les soins coûtent chers
L’accès au soin dans les hôpitaux publics dans la capitale malgache n’est pas donné à tout le monde. Cela est dû au fait que les médicaments prescrits et le coût de consultation sont très chers.

La majorité de la population qui a des revenus moyens, voire même faibles, ne peut avoir accès correctement au soin dans ces établissements sanitaires. Le décès d’une mère de famille de 39 ans qui aurait dû accoucher de son quatrième enfant dans un hôpital public fait actuellement le buzz dans les réseaux sociaux. Selon les dires de sa famille, les médecins ont refusé de faire la césarienne à cette mère de famille avant que la famille leur apporte l’argent nécessaire. Ce cas remet en question l’éthique et la déontologie des médecins ainsi que la corruption dans ces établissements sanitaires publics où les soins devront être gratuits.


23/02/2017 08:30 AM
Rapport d’étude ONE : Le taux de déforestation reste élevé
Rapport d’étude ONE : Le taux de déforestation reste élevé
Madagascar reste encore un pays avec un taux de déforestation élevé, les ressources naturelles telles que les forêts sont toujours menacées. C’est la conclusion du rapport d’étude de l’ l’Office National pour l’Environnement sur l’évolution de la couverture forestière du pays. Une étude effectuée grâce aux résultats des observations satellitaires.

Le taux annuel de déforestation entre 2005 et 2010 est de 0,4% si entre 1990 et 2000, cela était de 0,8%. . Par ailleurs,entre 2005 et 2010, 36 000 ha de forêts naturelles sont détruiteschaque année. Toujours selon cette étude, le taux de déforestation est plus élevé dans la partie ouest de Madagascar, à noter la région de Boeny, la région AtsimoAndrefana et la région Menabe. Actuellement, la déforestation y prend de l’ampleur avec un taux de 0,9%. Les pertes peuvent aller jusqu’à 66 000 ha.

Cette étude a été réalisée grâce à la contribution de la Direction Générale des Forêts (DGF), du Foiben-Taosarintanin’iMadagasikara (FTM) et le Madagascar National Parks (MNP). Ces résultats d’études interpellent chaque acteur environnemental et même chaque citoyen à la préservation des ressources naturelles de la Grande Ile par tous les moyens, car c’est l’une des causes du Changement climatique.



23/02/2017 02:26 AM
10 conventions signées par le Ministère de l’Enseignement supérieur
10 conventions signées par le Ministère de l’Enseignement supérieur
Le 22 février 2017, le Ministre Paul Rabary a signé 10 conventions de partenariats avec des associations, ONG, entreprises et institutions pour accompagner les projets de développement vouant pour l’éducation nationale. Ces accords ont été faits dans l’enceinte même, la salle de conférence du Ministère de l’Enseignement supérieur (MEN) à Ampefiloha.

Le projet d’aide et d’appuis pour les apatrides est parmi ceux qui ont été présentés, soutenu par l’Association fifanampiana Malagasy, Lions Club Antananarivo ILOHASINA, l’association Secours populaire français et Focus Development Association. En outre, l’École National Supérieur a également raffermi sa relation entre le Ministère cause des problèmes d’embauches des sortants de cette École supérieure et encourage les jeunes malgaches à participer à la formation au service de l’éducation nationale. Blessing covenant entreprise travaillant pour la lutte contre la grossesse précoce et la sensibilisation des jeunes sur les comportements sains hors risque du SIDA propose ses projets au profit de l’éducation nationale. Groupement des SEMIS DIRECTS DE MADAGASCAR offrant des techniques pour la protection et amélioration de l’agro écologie de Madagascar se lance pour l’éducation à l’agro écologie. L’ONG Ilontsera soutient l’importance de l’intégration de l’ « éducation aux médias » dans le programme scolaire face à l’essor et le surcroît de l’utilisation de différentes technologies de communication par la population, mais surtout par les jeunes. L’Association Za malagasy tsy manaiky fanandevozana projette sur la mise en place de structures régionales de la lutte contre la traite des personnes. Le système des écoles associés et club UNESCO de la commission nationale malgache ainsi que l’association, vondrona miranlenta hoan’nyfampandrosoana ont également pris part pour l’éducation nationale malgache.

Des certificats de reconnaissance ont été aussi délivrés par le Ministère de l’Enseignement aux équipes DHL international Madagascar et SOS Village d’enfant en faveur de leur soutien à l’éducation de base malgache.



22/02/2017 08:39 PM
Propriétaire - Locataire : qui fait quoi ?
Propriétaire - Locataire : qui fait quoi ?
Plus d’1 locataire sur 3 juge son propriétaire comme mauvais en matière d’efficacité thermique.
Et pour cause : 1 locataire sur 10 a dû prendre en charge des travaux liés au chauffage alors qu’ils étaient de la responsabilité de leur propriétaire

- 60% des Français ont froid dans leur logement.
- Plus d’un locataire sur 10 a déjà pris en charge des travaux liés au chauffage alors qu’ils étaient de la responsabilité du propriétaire.
- 35% des locataires considèrent leur propriétaire comme « mauvais » en matière d’efficacité thermique de leur logement.
- 85% des personnes interrogées sont favorables à l’obligation pour les propriétaires bailleurs de réaliser des travaux de rénovation énergétique et pour les particuliers propriétaires de respecter un objectif chiffré d’économies d’énergie pour pouvoir bénéficier d’aides publiques dans le cadre de travaux de rénovation (85% de favorables).

Le parc résidentiel français, dont 55% a été construit avant 1974 et par conséquent soumis à aucune réglementation thermique, est à l’origine de 30% de la consommation d’énergie finale du pays. Avec 80% de la consommation d’énergie provenant de la production de chauffage et d’eau chaude sanitaire, l’isolation, le chauffage et la ventilation constituent les postes clés d’économie d’énergie. La mise aux normes énergétiques des logements est aujourd’hui devenue l’une des priorités nationales. Depuis le 1er janvier 2017, le gouvernement a fixé un nouveau décret visant à améliorer la performance énergétique des logements et réduire le montant des factures incluant l’obligation d’isoler lors de travaux important

Les locataires ressentent davantage le froid et vivent dans des logements aux équipements plus décrépits
Avoir froid dans son logement malgré le recours au chauffage est une réalité : propriétaires, locataires… 26% des Français ont froid en rentrant chez eux et 21% déclarent avoir froid pendant la nuit. 18% des personnes interrogées décrivent l’isolation de leur logement comme vétuste, 11% pour la ventilation et 7% pour le chauffage. Le statut d’occupation du logement apparait comme un facteur déterminant : 66% des locataires estiment que leur propriétaire n’entretient pas suffisamment leur logement d’un point de vue « efficacité thermique ». Ils sont ainsi les plus nombreux à souffrir d’installations vétustes : 33% pour l’isolation (contre 8% des propriétaires), 21% pour la ventilation (contre 5%) ou encore 12% pour le chauffage (contre 4%).

Un décalage marqué entre la perception des personnes interrogées et l'état réel des logements
Seulement 18% des Français ont un regard sévère sur l’état de leur isolation, alors que 55% des logements ont été construits avant 1974, date de la première réglementation thermique. En matière de systèmes de chauffage (radiateurs, chaudières…) et de ventilation (système d’aération, VMC), respectivement 65% et 63% des personnes interrogées considèrent l’état de ces équipements comme correct ou vétuste. Concernant la ventilation, 13% à déclarent ne pas en posséder dans leur logement.

Locataires, propriétaires : connaissent-ils vraiment les responsabilités et obligations qui leur incombent ?
Ce manque d’investissement de la part des propriétaires pour la rénovation thermique du logement loué peut s’expliquer par la méconnaissance des obligations de chacun. Plus d’un quart des propriétaires bailleurs (26%) déclarent en effet ne pas connaître leurs obligations en matière d’isolation. Les locataires connaissent systématiquement moins bien leurs obligations que les propriétaires bailleurs (-26 points pour le chauffage, -29 points pour la ventilation et -33 points pour l’isolation) et que les propriétaires de leur logement (-28 points pour le chauffage, -17 points pour la ventilation et -25 points pour l’isolation). La méconnaissance de ces obligations en tant que propriétaire bailleur peut avoir des conséquences directes sur le locataire : 11% des locataires déclarent ainsi avoir déjà été obligés de prendre eux-mêmes en charge des travaux liés au chauffage de leur logement alors qu’ils étaient à la charge du propriétaire.

Propriétaires, locataires, qui fait quoi ? Le locataire se doit d’entretenir ses équipements et prendre en charge les dégradations pour négligence, la défectuosité d’une petite pièce en cause et supporter les inconvénients causés par les travaux. Le propriétaire doit quant à lui délivrer un bien en bon état d’usage, des équipements en bon état de fonctionnement et assurer leur remplacement si nécessaire. Améliorer la performance énergétique du bâtiment est une responsabilité qui incombe au propriétaire.

Malgré ce constat, les locataires et propriétaires sont favorables aux mesures encourageant la rénovation énergétique.
En effet, les propriétaires sont globalement favorables à des mesures visant à améliorer la performance énergétique du logement même si celles-ci peuvent apparaitre comme contraignantes (en termes d’investissement, de temps passé, de réglementations à respecter). Parmi les mesures testées, deux sont nettement plébiscitées : l’obligation pour les propriétaires qui louent des logements mal isolés ou mal chauffés à réaliser des travaux (85% de favorables, dont 43% de tout à fait favorables) et l’obligation pour les particuliers de respecter un objectif chiffré d’économies d’énergie pour pouvoir bénéficier d’aides publiques dans le cadre de travaux de rénovation (85% de favorables). Toutefois, les propriétaires se déclarent systématiquement moins favorables à chacune de ces mesures que les locataires (écart compris entre 12 et 15 points).


« Cette étude met en évidence un manque de conscience des propriétaires quant à la nécessité de réaliser des travaux de rénovation énergétique. Pour atteindre les objectifs nationaux de rénovation, il faut continuer à sensibiliser les français sur ces bienfaits : confort, économies, environnement… Il faut également inciter les particuliers à réaliser des travaux et les accompagner tout au long de leurs projets. Cette mission est essentielle et c’est pourquoi nous avons créé monexpert-renovation-energie.fr » conclut Matthieu Paillot, Directeur général de monexpert-renovation-energie.fr.

*Méthodologie de l'enquête Opinionway
Echantillon de 1015 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus. L’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence. L’échantillon a été interrogé par questionnaire auto-administré en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview). Les interviews ont été réalisées les 1er et 2 février 2017. OpinionWay a réalisé cette enquête en appliquant les procédures et règles de la norme ISO 20252. Les résultats de ce sondage doivent être lus en tenant compte des marges d'incertitude : 1,5 à 3 points au plus pour un échantillon de 1000 répondants.

Contacts Presse - Agence RUMEUR PUBLIQUE


22/02/2017 03:47 PM
KP présente Samy Malagasy Mifety - Vendredi 10 mars 2017
KP présente Samy Malagasy Mifety - Vendredi 10 mars 2017


22/02/2017 08:55 AM
Kapital Plus Plus , première plateforme de crowdfunding à Madagascar
Kapital Plus Plus , première plateforme de crowdfunding à Madagascar
Un nouveau moyen de financement de projets est actuellement disponible à travers une plateforme internet à Madagascar, le crowdfunding ou financement participatif.

Dans le monde, ce mécanisme a permis de lever plus de 35 milliards de Dollars au courant de l’année 2015 dont 3,5 milliards de dollars en faveur du crowdEquity ou investissement en capital, tel que celui de Kapital Plus Plus.
Le crowdfunding a pour objet de mettre en relation les porteurs de projets avec les investisseurs via une campagne de levée de fonds, en vue de financer un projet. Kapital Plus Plus a été créé. D’abord, l’engouement des jeunes pour se lancer dans l’entreprenariat, constaté, lors d’un appel aux projets effectué par un cabinet de conseils et d’accompagnement d’entreprises. De cela, est tiré une conclusion que la majorité des jeunes entrepreneurs malgaches sont confrontés en matière de financements, allant du fonds de démarrage jusqu’à la réalisation des projets. Et ensuite, le crowdfunding à Madagascar a été contextualisé comme étant la culture malgache du « plus-plus », d’où un investissement collectif pour un projet individuel. Les projets sont publiés sur la plateforme dans le but de trouver des investisseurs, chaque contribution est versée en contrepartie d’une participation au capital dans la nouvelle entreprise née du projet.

Kapital Plus Plus , première plateforme de crowdfunding à Madagascar
Utilisant le crowdfunding pour obtenir des sources de financement, le porteur de projet dépose son projet directement sur la plateforme ou auprès du siège de Kapital Plus Plus. Chaque détail administratif ou financier fait l’objet d’une analyse en termes de viabilité, pérennité et de rentabilité avant sa publication sur la plateforme.
Les analystes de Kapital Plus Plus évaluent minutieusement la faisabilité, technique et financière. La personnalité de l’entrepreneur s’avère également d’une grande importance. Les projets sélectionnés bénéficient d’un accompagnement rigoureux en vue d’améliorer autant que possible le business plan.

Depuis le lancement de la plateforme, un peu plus de 250 projets ont été soumis à l’étude. La plateforme assure depuis le premier trimestre de l’année 2017 la collecte de fonds d’une dizaine de projets valorisant plusieurs secteurs d’activités porteurs à Madagascar, comme l’agroalimentaire, les nouvelles technologies, les énergies renouvelables, le tourisme et l’hôtellerie, l’artisanat, et l’immobilier. Le projet de production et d’exportation des fruits et légumes Bio dans la région de l’Océan Indien tient la place de projet pilote sur la plateforme.

Dans le contexte de relance économique à Madagascar, ce nouveau modèle de financement est appelé à être vulgarisé, en complément des offres du système bancaire traditionnel. A travers la plateforme de crowdfunding à Madagascar, Kapital Plus Plus amplifie de temps en temps les initiatives et les investissements dans divers secteurs d’activités, en multipliant constamment les offres sur la plateforme. C’est dans ce sens qu’a été adopté la création d’une plateforme de marché de gré à gré de titres au premier semestre de l’année 2017, afin de faciliter la conversion en argent liquide des participations.


22/02/2017 08:47 AM
Coderbus : une éducation numérique innovante
Coderbus : une éducation numérique innovante
Ce n’est pas dans la Silicon Valley capitale du numérique que ce projet s’opère actuellement, mais à Antananarivo: la capitale malgache.

Le but du projet est d’apprendre aux enfants, dès leurs jeunes âges, à coder ou à programmer. Il est initié par des bénévoles, regroupés dans Coder Dojo Madagascar, qui donnent des cours de code gratuits aux enfants de la capitale et dans les provinces dans un bus qui a été aménagé dans ce sens. Pour Sahaza Marline, le Responsable du Projet coder bus, affirme que “ne pas savoir coder sera l’illettrisme de demain.” Une des raisons pour lesquelles, il est une condition sine qua non de former les enfants dans le domaine numérique.

Coderbus : une éducation numérique innovante
Après ces deux ans d’existence, Coderbus, peut être fière de l’initiative très innovante qu’il a prise, surtout dans un pays pauvre comme Madagascar où les enfants galèrent pour étudier. « Moi je n’attends rien de personne » comme le disait si bien Jacques Rabemananjara, c’est ce que les bénévoles de Coderbus ont fait, ils n’ont pas attendu les autorités malgaches pour promouvoir le numérique auprès des enfants.
Notons que ce projet est parrainé par Edgard Razafindravahy.